L’approche d’Avatar vis-à-vis du capacitisme laisse beaucoup à désirer


Il y a beaucoup à propos Avatar dont on parle constamment, comme son impact sur la technologie numérique 3D ou sa ressemblance avec des films classiques comme Dance avec les loups. Un élément du film qui passe largement inaperçu, cependant, est qu’il a techniquement un protagoniste handicapé sous la forme de Jake Sully (Sam Worthington). Un homme paralysé de la taille aux pieds, la chance de Sully d’habiter un corps Na’vi où il peut à nouveau bouger ses pieds informe l’une des premières scènes lourdes en CGI de Avatar. Les principales raisons pour lesquelles cet aspect de la fonctionnalité ne fait pas beaucoup parler sont une combinaison de ce personnage interprété par un artiste valide et Sully passant une grande partie de son temps d’écran sous une forme non handicapée.


Ce dernier détail explique également pourquoi Avatars On ne parle pas beaucoup de l’approche du capacitisme… discuter des lacunes de la politique du handicap dans le plus grand film de tous les temps serait un rappel de la façon dont les problèmes de représentation du handicap se manifestent dans les films du monde entier.


Handicaps dans un contexte réel

Image via Fox

Je suis une personne autiste, une condition classée comme une déficience intellectuelle, mais je ne suis pas une personne ayant une déficience physique. Je ne vais pas prétendre être l’expert pour vivre avec ce type de handicap, mais je connais plusieurs personnes ayant des handicaps spécifiquement physiques. En entendant leurs histoires, une approche intéressante et nuancée de leur handicap commence à apparaître constamment. Un bon ami à moi a noté avec concision que leur handicap n’est pas un fardeau énorme sur leur vie ni leur « superpuissance ». C’est juste une autre partie de leur vie, quelque chose qu’ils peuvent détester ou aimer un jour donné.

CONNEXES: L’activisme de James Cameron rend « Avatar » plus puissant

Bien sûr, ces personnes physiquement handicapées que je connais sont toutes nées avec ces attributs. Sully est spécifiquement un ancien Marine qui a perdu ses jambes au combat, un détail enraciné dans les expériences très réelles et courantes des vétérans handicapés. Dans une section concernant les anciens combattants handicapés, la Bibliothèque du Congrès note que les « traumatismes mentaux » liés aux expériences de ces handicaps (comme pour toute personne qui n’est pas née handicapée) peuvent affliger les anciens combattants, mais ici aussi un langage nuancé est utilisé pour parler de ce sujet. . Aucun paragraphe ne peut espérer englober l’éventail infini des expériences des vétérans handicapés individuels, mais l’écriture sur ces pages de la Bibliothèque du Congrès note également que ces handicaps sont largement considérés par les vétérans comme « des obstacles ou des entraves, mais pour les hommes et les femmes dans ces histoires, ce ne sont pas des barrages routiers. Les problèmes sans fin pour les anciens combattants de recevoir des soins de santé appropriés, il y a maintenant un barrage routier.

Tout cela et d’autres subtilités de la vie en tant qu’utilisateur de fauteuil roulant se reflètent dans d’innombrables témoignages en ligne de personnes handicapées, avec certaines de ces nuances, y compris la façon dont certaines personnes (mais pas toutes) qui se déplacent principalement en fauteuil roulant peuvent marcher dans une certaine mesure. Comme beaucoup de personnes marginalisées, la vie des personnes handicapées est bien plus compliquée que les stéréotypes généraux.

Mais qu’est-ce que les handicaps et les capacités ont à voir avec « Avatar » ?

Décrire tout ce qui n’est pas seulement destiné à aider à obtenir plus facilement le nombre de mots minimum pour cette pièce ou à essayer de prouver ma bonne foi «réveillé» en faisant référence à mes camarades handicapés physiques. Au lieu de cela, tout cela vise à souligner la nuance des expériences de handicap qui Avatar, malheureusement, ne capture pas tout à fait. D’une part, cela est compréhensible, bien que non justifié, compte tenu de la nature très large de Avatar. Une partie de la raison pour laquelle le film a connu un tel succès est qu’il s’est penché sur des archétypes suffisamment superficiels pour être compris par tout le monde. Des personnages comme le général Quaritch (Stéphane Lang) étaient des méchants de la vieille école, par exemple, qui venaient de réveiller le mal. Ils ont été arrachés à de vieux romans de pâte à papier, non informés par les exigences de la narration moderne pour des histoires alambiquées.

Garder les choses aussi simples a aidé à garder Avatar en contact avec la narration de science-fiction du début du XXe siècle qui l’a inspiré, sans oublier de le rendre aussi agréable que possible pour le grand public. Malheureusement, cela signifiait que la politique des personnes handicapées a été négligée. Avatars le dévouement à n’être qu’une aventure à l’ancienne a assuré qu’il n’y avait ni temps ni espace pour explorer la perspective de Sully en tant que personne handicapée ni étendre la représentation du handicap dans le film au-delà d’un seul personnage. Ce n’est pas une réflexion sur James Cameron « détestant » les personnes handicapées, mais plutôt un microcosme de la façon dont la culture pop au sens large a échoué à représenter le handicap. Un film qui se veut de la science-fiction « classique » ne verrait aucune envie de se plonger dans des perspectives handicapées. Ces points de vue ont été largement effacés dans le cinéma américain de tous genres. Cet effacement fait partie de la tapisserie «classique» dont les histoires de science-fiction à l’ancienne s’inspireront inévitablement. Cela n’excuse ni n’efface ces défauts, cela leur donne simplement un plus grand contexte.

Il s’agit d’une lacune d’autant plus intéressante que Avatar est conscient du capacitisme dans ses scènes d’ouverture et l’utilise même pour amener le public à détester les personnages humains militaires costauds. « Repas sur roues! » un soldat hurle en voyant Jake Sully pour la première fois tandis qu’un autre personnage antagoniste remarque « Oh, c’est tout simplement faux » en voyant un homme en fauteuil roulant amené dans le monde féroce de Pandora. Tout comme leur attitude dédaigneuse envers les Na’vi, cette attitude dédaigneuse envers les capacités et même l’existence même d’un homme handicapé est censée amener le public à haïr les méchants personnages humains. Pendant ce temps, l’éventuelle offre de Quarritch à Sully de rendre à cet homme ses jambes humaines en échange d’informations sur les Na’vi est un reflet intéressant de la façon dont les institutions capitalistes et les gens dressent les groupes marginalisés les uns contre les autres. Dans ce cas, une personne blanche handicapée est tentée par des faveurs de blesser le substitut cosmique du film pour les vies indigènes.

Quels sont les autres problèmes liés à la façon dont « Avatar » aborde le handicap ?

Neytiri et Jake dans Avatar 2009

Même en reconnaissant à quel point le capacitisme est cruel et à quel point les forces systémiques dressent les groupes marginalisés les uns contre les autres, Avatars l’approche des handicaps et du capacitisme laisse beaucoup à désirer. Une grande partie de cela se résume simplement aux Na’vi eux-mêmes, qui, dans le contexte du premier film, ne sont pas décrits comme ayant des personnes handicapées au sein de leur population. Les Na’vi sont censés être l’image « parfaite » de la création, le contrepoint bienveillant et angélique de l’humanité. En essayant de transmettre cette idée, un courant sous-jacent malheureux se manifeste dans lequel la vision « pure » de la création est une vision dépourvue de personnes handicapées (fait intéressant, Avatar : la voie de l’eau semble faire face à ce problème en mettant en vedette un artiste ouvertement sourd C.J. Jones en tant que personnage Na’vi).

La fin du film, aboutissant à Sully quittant définitivement son corps humain pour un corps Na’vi, ce dernier libéré de son handicap, est également… compliquée. Un 2020 Forbes L’article d’Andrew Pulrang note que certaines personnes qui ont des handicaps plus tard dans leur vie plutôt que de naître avec eux peuvent être plus ouvertes à l’idée de « guérir » leur handicap. Cependant, ce même article souligne également fortement que, dans l’ensemble, au sein de la communauté des personnes handicapées, on met davantage l’accent sur la guérison des maux sociétaux qui rendent la vie difficile aux personnes handicapées plutôt que sur les handicaps physiques eux-mêmes. La fin de Avatar serait plus inspirant pour dépeindre une société accessible à tous plutôt que de simplement effacer le handicap.

Un commentaire là-dedans Forbes morceau d’activiste Emilie Ladau m’a également fourni une révélation sur Avatars approche du capacitisme. À savoir, Ladau mentionne que, si elle n’avait pas son handicap, elle serait une personne différente, un commentaire qui a résonné en moi et combien de fois j’ai réfléchi à l’impact de l’autisme sur ma personnalité. Avatars L’approche superficielle de la politique du handicap reflète la façon dont Sully est la même personne en termes de personnalité de base une fois qu’il a pris sa forme Na’vi. Sully est plus grand, bleu et peut marcher, mais il est par ailleurs la même personne. Ses changements ultérieurs en tant que personne proviennent d’une romance florissante avec Neytiri (Zoé Saldana) et se livrer à des actes sacrificiels pour les Na’vi.

Zoe Saldana comme Neytiri dans Avatar (2009)

Le handicap de Sully n’est considéré que comme un accessoire visuel prononcé pour suggérer à quel point les Na’vi sont différents des humains, tandis qu’une interprétation plus cynique pourrait lire le film comme suggérant que le handicap lui-même est un fardeau qui devrait être entièrement effacé dans une société idéalisée. Le scénario de Avatar est conscient que lancer des insultes aux personnes handicapées est cruel, mais ignore également à quel point l’effacement des personnes handicapées est tout aussi nocif.

Maintenant, encore une fois, il convient de souligner que, même avec ces lacunes, les problèmes avec Avatars approche du handicap ne suggèrent pas un mauvais programme de la part de James Cameron ou toute autre personne impliquée dans le film. Franchement, la plupart des problèmes avec la représentation du handicap dans le film proviennent de son style de narration qui se traduit par d’autres éléments très amusants de la production. Plus important encore, cependant, il est essentiel de reconnaître que ces lacunes ne sont pas exclusives à Avatar. L’histoire d’Hollywood est jonchée de représentations lugubres du handicap, dont beaucoup considèrent les personnes handicapées comme des personnes uniquement définies par leur handicap.

Traiter Avatar comme un cas particulier plein de maux idiosyncrasiques est d’ignorer les problèmes plus larges du langage cinématographique avec le traitement de l’humanité fondamentale des personnes handicapées (sans parler de contempler la vérité sur la façon dont le concept de « handicap » lui-même est défectueux, qui doit dire qui est « capable -corps » ou « handicapé » ?) La mise en évidence de ces lacunes devrait, avant tout, amener à reconnaître les problèmes plus larges de la représentation du handicap dans la culture pop. Qu’il s’agisse d’un Avatar suite, un film Marvel, une comédie romantique ou d’innombrables autres films américains grand public, l’approche par défaut du handicap dans les récits cinématographiques grand public laisse beaucoup à désirer.

Réalisant les problèmes liés à l’approche des handicaps dans le capacitisme en Avatar ne devrait pas amener les gens à concentrer leurs frustrations sur ce film, mais à l’utiliser comme une « drogue passerelle » pour reconnaître à quel point les représentations gênantes des personnes handicapées sont généralisées dans la culture pop. Peut-être avec cette prise de conscience accrue, sans parler des paroles d’activistes et de documentaires comme Camp de cris mettre en lumière l’humanité de la communauté des personnes handicapées, l’avenir Avatar les suites et les grands films de tous bords peuvent faire de la place aux vies handicapées aussi facilement que le cinéma a fait de la place aux chats bleus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*