Mettre en lumière les effets de l'habituation et de l'adaptation neuronale sur l'évolution des signaux animaux


Un nouvel article publié dans La revue trimestrielle de biologie examine les effets possibles de deux propriétés des terrains de jeu des récepteurs documentées dans des études de psychologie animale – l'habituation et l'adaptation neuronale – sur l'efficacité des signaux de choix du partenaire.

Dans « Un pont entre la psychologie animale et la sélection sexuelle : effets possibles de l'habituation et de l'adaptation neuronale sur les signaux de choix du partenaire », William G. Eberhard note que les chercheurs ont accordé peu d'attention à l'habituation et à l'adaptation neuronale en relation avec la sélection sexuelle.

Eberhard plaide en faveur de l'ajout de dimensions supplémentaires aux études sur le choix des femmes, notant que la procédure standard consiste à se demander si la femme répondait davantage à un signal masculin qu'à un autre. « Il semble inévitable que les différences dans les réponses féminines soient souvent dues aux mécanismes féminins d'analyse des signaux qui sont le résultat des propriétés de ses organes sensoriels et de son système nerveux. » Il écrit que pour comprendre l'évolution des signaux de choix de partenaire, il est nécessaire de se demander : « Quelles propriétés ?

L'article décrit les mécanismes comme étant probablement une sélection biaisée par le choix des femmes. Il présente des preuves de leur importance dans la parade nuptiale tactile, notant que l'habituation et l'adaptation neuronale favorisent probablement la variation des signaux de choix du partenaire tels que leur intensité, leur durée et leur timing. La multiplicité des mécanismes affectant l'habituation et l'adaptation neuronale peut aider à expliquer la tendance évolutive générale selon laquelle les signaux de choix du partenaire mâle divergent rapidement. L'évitement de l'habituation féminine et de l'adaptation sensorielle peut expliquer la tendance jusqu'alors inaperçue mais répandue chez les vertébrés et les arthropodes pour les organes génitaux masculins à effectuer des mouvements rythmés et répétitifs pendant la copulation.

« La question centrale ici n'est pas de savoir si l'habituation et l'adaptation neuronale se produisent dans les réponses féminines aux stimuli du choix d'un partenaire masculin (la réponse est sûrement oui) ; il s'agit plutôt de savoir quels effets ils ont pu avoir sur l'évolution de ces signaux, et dans quelle mesure ils sont forts et répandus. ces effets ont pu l'être », écrit Eberhard.

L'article présente un résumé des connaissances actuelles sur l'habituation et l'adaptation neuronale issues de la psychologie animale, en mettant l'accent sur les aspects qui semblent les plus importants pour comprendre la sélection sexuelle sur les signaux de parade nuptiale des mâles avant d'examiner comment la sélection sexuelle sur les signaux de choix du partenaire pourrait favoriser. ajustements particuliers des hommes et des femmes à l'habituation féminine et à l'adaptation neuronale. Il examine comment les observations empiriques (et le manque d'observations) d'une « tendance répandue mais jusqu'ici déroutante » en matière de stimulation somatosensorielle pendant la copulation peuvent être expliquées par les adaptations masculines visant à réduire l'accoutumance féminine et l'adaptation neuronale.

Parce que les signaux sélectionnés sexuellement montrent un schéma clair d'évolution divergente rapide par rapport à d'autres traits, Eberhard souligne la complexité des mécanismes qui produisent l'accoutumance et l'adaptation neuronale « parce qu'une plus grande complexité des mécanismes favorise probablement une plus grande variation et diversité évolutive ; une complexité accrue des mécanismes est probable. être souvent associé à une variété accrue de mécanismes alternatifs pour obtenir le même résultat.

L'article met également l'accent sur la nécessité d'inclure les effets des caractéristiques féminines du « terrain de jeu » pour résoudre le problème des concepts typologiques trop simplifiés qui ne parviennent pas à refléter avec précision des réalités biologiques plus complexes. Eberhard suggère que les discussions typologiques simplistes sur les signaux animaux dans les modèles de sélection sexuelle doivent être modifiées pour inclure la façon dont la réception et l'analyse par une femelle des stimuli masculins affectent les réponses de la femelle à ses signaux, et se rapprochent ainsi plus étroitement de la réalité biologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*