Ma nièce est une vraie mariée, sa mère pourrait boycotter le mariage


CHER ABBY: Ma nièce, qui est fiancée, est en train de devenir une mariée à part entière. Elle a tellement bouleversé sa mère qu'elle pourrait ne pas assister au mariage. La mariée dicte ce que doivent porter ses invités, en plus de dire à sa mère ce qu'elle doit porter ce jour-là. Elle a également ordonné à ma sœur de se procurer des extensions de cheveux et de se faire maquiller par un professionnel.

La liste se rallonge de plus en plus. Elle a amené ses copines dans une boutique de mariage et, sans demander de budget, a essayé robe après robe, sans se soucier du coût. Elle est tombée amoureuse d'une robe qui dépassait le budget de sa mère et a demandé : « C'est ma robe ! » Ma sœur, voulant éviter une scène, a payé pour cela.

Ma sœur a été exclue de toute la planification du mariage. La mariée s'en remet à son père et à sa belle-mère, qui financent la majeure partie du mariage. Si quelqu’un propose une suggestion ou pose une question, cela suscite de l’hostilité. Comment allons-nous gérer ceci? Ma sœur se sent vaincue et est profondément blessée par les actes de sa fille. — TANTE D'UN MONSTRE

CHÈRE TANTE: Cette production (j’hésite à l’appeler un mariage) est devenue tellement incontrôlable que vous ou votre sœur ne pouvez rien y faire. Sa chance d'intervenir et d'injecter un peu de sobriété a disparu au moment où elle a payé pour la robe de mariée qu'elle ne pouvait pas se permettre.

Si votre sœur ne peut pas se permettre des extensions de cheveux et un maquillage professionnel (et éventuellement une nouvelle robe) pour le jour spécial de sa fille, elle devrait envisager de venir telle qu'elle est et renoncer à participer au mariage. Elle devrait également remercier sa puissance supérieure de ne pas avoir reçu l'ordre de se rendre aux Bermudes ou à Bali pour y participer.

CHER ABBY: Ma femme s'est montrée négligente et haineuse envers moi depuis que j'ai été violent verbalement il y a plus de quatre ans. J'étais tombé dans une grave dépendance à une substance à peu près au même moment, mais je suis abstinent depuis plus d'un an. La dépendance est une autre raison pour laquelle elle me déteste et me garde rancune.

Je comprends à quel point la dépendance affecte les proches et que notre relation est probablement terminée. Mon problème est que nous avons deux très jeunes enfants et que nous partageons l’hypothèque et toutes les autres factures 50-50. Je ne peux pas me permettre de vivre seul.

Elle ne peut pas non plus se permettre de vivre seule. Je ne peux pas imaginer essayer de payer une pension alimentaire pour enfants et de louer un autre endroit, même si j'obtenais un autre emploi à temps plein.

J'ai fait tout ce que je pouvais pour réparer mes torts, mais il n'y a aucun espoir. Nous avons essayé le conseil. Cela n'a pas aidé. Je ne veux pas abandonner les enfants, mais je ne sais pas quoi faire. Y a-t-il un espoir ? – FAIBLE DANS L'OHIO

CHER BAS : Ainsi, la personne maltraitée est devenue l'agresseur. À moins que votre femme ne soit prête à enterrer la hache de guerre (ailleurs qu'en vous) et à accepter des conseils matrimoniaux avec un autre thérapeute, je ne pense pas qu'il y ait d'espoir pour vous deux. Demandez-lui si, pour le bien des enfants, elle est prête à essayer. Mais si elle refuse, consultez un avocat pour une séparation la plus amicale possible.

Dear Abby est écrit par Abigail Van Buren, également connue sous le nom de Jeanne Phillips, et a été fondée par sa mère, Pauline Phillips. Contactez Dear Abby sur DearAbby.com ou PO Box 69440, Los Angeles, CA 90069.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*