Le vaccin « Hexaplex » vise à renforcer la protection contre la grippe


Les vaccins à protéines recombinantes, comme le vaccin Novavax utilisé pour lutter contre le COVID-19, offrent plusieurs avantages par rapport aux vaccins conventionnels.

Ils sont faciles à produire avec précision. Ils sont sûrs et potentiellement plus efficaces. Et ils pourraient nécessiter des doses plus faibles.

En raison de ces caractéristiques, le développement de vaccins recombinants contre la grippe suscite beaucoup d’intérêt. Cependant, à ce jour, la Food and Drug Administration n’a approuvé qu’un seul vaccin de ce type.

Une équipe de recherche dirigée par l’Université de Bufalo espère augmenter ce nombre. Elle développe un nouveau vaccin recombinant contre la grippe, décrit dans une étude publiée aujourd'hui dans la revue Rapports cellulaires Médecine – qui a le potentiel de concurrencer les vaccins existants.

« En raison de la nature variable des virus responsables de la grippe, les vaccins actuels ne sont pas efficaces de manière optimale au sein de la population globale. Nous pensons que notre candidat vaccin a le potentiel d'améliorer ce phénomène en induisant une immunité plus forte et plus large et en réduisant le risque de maladie et mort », déclare le co-auteur principal de l'étude, Jonathan Lovell, PhD, professeur d'innovation SUNY Empire au département de génie biomédical de l'UB.

Les vaccins conventionnels contre la grippe contiennent soit des microbes désactivés qui causent la grippe, soit ils sont basés sur des formes atténuées de la maladie. Ils sont fabriqués à partir d’œufs de poule fécondés ou, plus rarement, par culture cellulaire.

Le vaccin que l'équipe dirigée par l'UB développe est basé sur un nanoliposome – un petit sac sphérique – créé par Lovell et ses collègues, appelé cobalt-porphyrine-phospholipide, ou CoPoP. La plate-forme CoPoP permet d'afficher des protéines favorisant la réponse immunitaire à la surface du nanoliposome, ce qui se traduit par une puissante efficacité vaccinale.

(Bien qu'elle ne fasse pas partie de cette étude, la plateforme vaccinale CoPoP a subi des essais cliniques de phase 2 et de phase 3 en Corée du Sud et aux Philippines en tant que candidat vaccin contre le COVID-19. Il s'agit d'un partenariat entre la société dérivée de l'UB POP Biotechnologies, cofondée par Lovell. , et la société de biotechnologie sud-coréenne EuBiologics.)

À eux seuls, ces nanoliposomes ne combattent pas les maladies. Mais lorsqu'elles sont combinées à des protéines grippales recombinantes qui peuvent être générées sur la base d'informations génétiques provenant de virus, elles améliorent la réponse du système immunitaire à la maladie.

Dans la nouvelle étude, l'équipe a attaché au nanoliposome un total de six protéines, trois chacune provenant de deux groupes de protéines différents, les hémagglutinines et les neuraminidases. L'équipe a également ajouté deux adjuvants (PHAD et QS21) pour stimuler la réponse immunitaire.

Les chercheurs ont évalué le nanoliposome « ​​hexaplex » résultant dans des modèles animaux avec trois souches de grippe courantes : H1N1, H3N2 et type B.

Même lorsqu'il est administré à faibles doses, le nanoliposome hexaplex offre une protection et une survie supérieures contre H1 et N1 par rapport à Flublok, qui est le seul vaccin antigrippal recombinant autorisé aux États-Unis, et à Fluaid, un vaccin à base d'œufs. Les tests ont montré des niveaux comparables de protection contre les virus H3N2 et de type B.

Les tests ont été réalisés par vaccination et par transfert de sérum sanguin de souris vaccinées vers des souris non vaccinées.

« La combinaison des deux groupes de protéines a conduit à des effets synergiques. En particulier, les nanoliposomes avec adjuvant ont excellé dans la production d'anticorps fonctionnels et dans l'activation des lymphocytes T, essentiels pour combattre une infection grave par la grippe », explique l'auteur principal. Zachary Sia, doctorant dans le laboratoire de Lovell.

Bruce Davidson, PhD, professeur agrégé de recherche en anesthésiologie à la Jacobs School of Medicine and Biomedical Sciences de l'UB, est co-auteur principal de l'étude.

Il dit que « l'utilisation non seulement de l'hémagglutinine mais également des antigènes de la neuraminidase pour créer des vaccins est importante car cela se traduit par une immunité plus large et les entreprises seront en mesure de créer plus de doses avec moins de matériaux. C'est essentiel non seulement pour la grippe mais aussi pour les épidémies potentielles comme celle que nous avons vue. avec le COVID-19. Il reste encore beaucoup de travail à faire pour tester et valider pleinement cette technologie grippale, mais à ce stade, ces premiers résultats sont très prometteurs.

Outre l'UB, les co-auteurs de l'étude comprennent des scientifiques de l'Université McGill.

Des brevets liés à ce travail ont été déposés auprès de la Research Foundation de l'Université d'État de New York. Lovell et le co-auteur de l'étude, Wei-Chiao Huang, chercheur postdoctoral dans le laboratoire de Lovell, sont employés par POP Biotechnologies.

L'étude a été financée, en partie, par les National Institutes of Health.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*