Photo spatiale de la semaine : l'amas de galaxies « El Gordo » secoue ses tripes sur la plus grande carte de champ magnétique spatial jamais réalisée


Ce que c'est: Une gigantesque carte du champ magnétique d'un amas de galaxies.

Où est-ce que c'est: Amas de galaxies El Gordo, à environ 7 milliards d'années-lumière de la Terre.

Pourquoi c'est si spécial : Pour la première fois, des chercheurs ont esquissé le champ magnétique invisible d’un gigantesque amas de galaxies. La carte résultante est la plus grande du genre.

Les amas de galaxies sont les plus grandes structures de l'univers liées par la gravité. L'amas en question est El Gordo (en espagnol pour « le Gros »), situé à environ 7 milliards d'années-lumière de la Terre et contenant des centaines de galaxies avec une masse combinée équivalent à plus de 2 quadrillions de soleils.

Les scientifiques ont révélé la nouvelle carte, qui s'étend sur environ 6 millions d'années-lumière (la largeur d'environ 60 galaxies de la Voie lactée côte à côte) dans une nouvelle étude publiée le 6 février dans la revue Communications naturelles. Les chercheurs ont également cartographié les champs magnétiques de quatre autres grands amas de galaxies.

En rapport: Photo spatiale de la semaine : Hubble capture une « galaxie de baseball » avec un cœur de trou noir

« Ce sont les premières cartes de la structure détaillée des champs magnétiques à une échelle sans précédent », co-auteur de l'étude Alexandre Lazarienun astronome de l'Université du Wisconsin-Madison, a déclaré Magazine Quanta.

Une image récente du télescope spatial James Webb de l'amas de galaxies « El Gordo » (sans lignes de champ magnétique).

Les chercheurs ont créé ces cartes en mesurant les mouvements et les niveaux d'énergie de fluides conducteurs, tels que plasma, qui sont influencés par les lignes de champ magnétique invisibles. L’équipe a ensuite utilisé des simulations informatiques pour combler les lacunes et définir l’emplacement des lignes dans les groupes.

Les chercheurs affirment que ces cartes pourraient aider à mieux comprendre rayons cosmiques — de minuscules particules subatomiques qui se déplacent à une vitesse proche de celle de la lumière et peuvent être accélérées par les champs magnétiques des amas de galaxies. Les résultats pourraient également aider les chercheurs à étudier comment les amas de galaxies se forment, évoluent et se désagrègent, offrant ainsi de nouvelles informations sur les plus grandes structures de l'univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*