« Gloria ! Critique : Un orchestre entièrement féminin au tournant du 19e siècle le fait pour lui-même dans Fluffy Debut Italian


A noter que Gloria !, le premier film de l'auteure-compositrice-interprète italienne Margherita Vicario, est insipide, pseudo-féministe, un piffre sentimental serait tout à fait exact. Et pourtant, il faut aussi admettre qu'il s'agit d'un piffle au moins légèrement divertissant, absorbant de la même manière que les vidéos pop avec beaucoup de danse et de mélodies entraînantes diffusées dans le coin d'un bar tranquille ou d'un salon de manucure un matin de semaine sont divertissantes. Si vous attendez que le vernis sèche et que vous ne pouvez pas utiliser vos mains pour utiliser votre téléphone, alors regardez fixement Gloria ! suffirait comme distraction. Alternativement, c'est exactement le genre de film que vous pourriez regarder en naviguant sur les chaînes d'un hôtel européen et vous retrouver absorbé par, même s'il n'est pas sous-titré. En effet, les sous-titres sont ici à peine nécessaires étant donné que l'intrigue s'apparente beaucoup à un spectacle de marionnettes ou au genre de fable que les enfants inventent en jouant avec des poupées.

Nous sommes en 1800 et le lieu de tournage de la majeure partie du film est l'Institut Sant'Ignazio, un établissement géré par l'Église, une sorte de croisement entre un orphelinat, un couvent et une école de musique pour jeunes femmes, non loin de Venise. La personne la plus puissante de Sant'Ignazio est la maîtresse de chapelle locale Perlina (Paolo Rossi), un chef d'orchestre impérieux et parfois compositeur qui dirige l'orchestre et le chœur entièrement féminins de la maison. L'ensemble se produit à la messe pour le plaisir des bourgeois et des citadins locaux, dont les contributions à Sant'Ignazio sont évidemment vitales pour son existence.

Gloria !

L'essentiel

Musique cinématographique.

Lieu: Festival du Film de Berlin (Compétition)
Casting: Galatea Bellugi, Carlotta Gamba, Veronica Lucchesi, Maria Vittoria Dallasta, Sara Mafodda, Paolo Rossi, Elio, Natalino Balasso, Anita Kravos, Vincenzo Crea, Jasmin Mattei
Directeur: Marguerite Vicario
Scénaristes : Anita Rivaroli, Margherita Vicario

1 heure 46 minutes

D'une manière ou d'une autre, la nouvelle de l'excellence de l'orchestre est parvenue aux oreilles du Vatican et Perlina est informée de la visite prochaine de Sa Sainteté le pape Pie VII. Perlina doit composer une nouvelle pièce en l'honneur du pontife, même s'il est profondément bloqué sur le plan créatif et finit par envoyer son ancien amant (Vincent Crea) – Perlina est secrètement gay – chercher un compositeur fantôme à Venise pour écrire une pièce ecclésiastique convenable pour le pontife. performance.

Le maître de chapelle ne s'en rend pas compte, mais il y a ici à Sant'Ignazio un talent abondant qu'il ne remarque même pas à cause de la misogynie endémique. Lucia (Carlotta Gamba), premier violon de l'orchestre, compose elle-même et aimerait contribuer au processus de composition. Perlina, cependant, ignore son offre d'aide. Cela ne fait qu'aggraver sa frustration face à son confinement à Sant'Ignazio et la pousse à chercher du réconfort et un moyen de s'échapper dans une romance avec un jeune homme bien né, qui ne se terminera évidemment pas bien.

Pendant ce temps, pratiquement au bas de la hiérarchie de l'institut se trouve la servante Teresa (Galatea Bellugi), qui est restée muette depuis un incident traumatisant qui n'est expliqué qu'à la fin lorsqu'il devient dramatiquement utile. Un jour, en nettoyant le sous-sol, Teresa découvre un pianoforte qui avait été offert à Sant'Ignazio par un donateur, un cadeau spécialement destiné aux femmes de l'institut. Même si personne ne l'a jamais formée, Teresa se révèle être un de ces prodiges musicaux qui n'existent qu'au cinéma. Elle apprend seule à jouer et le son attire Lucia et trois autres musiciens de l'orchestre : l'orpheline Bettina (Veronica Lucchesi), l'ingénue Marietta (Maria Vittoria Dallasta) et la grande et gentille fille bien née Prudenza (Sara Mafodda). Lucia et Teresa, qui commencent à discuter sur ce point, s'affrontent au début et doivent se mettre d'accord pour partager le temps de pratique du piano, même si les femmes commencent à admirer l'originalité musicale de Teresa, qui la conduit à inventer fondamentalement la ballade power pop italienne 150 ans à l'avance. de son époque. Si seulement l’électricité avait existé, elle aurait peut-être aussi inventé le synthétiseur !

Le point culminant musical final devant le pape, dans lequel la moitié du public apprécie le son groovy des dames et l'autre moitié est scandalisée, est profondément idiot mais amusant – aussi contagieux que de regarder le spectacle de dernière année d'une école d'arts du spectacle avec un casting qui tout avez un COVID léger.

Crédits complets

Lieu : Festival du Film de Berlin (Compétition)
Avec : Galatea Bellugi, Carlotta Gamba, Veronica Lucchesi, Maria Vittoria Dallasta, Sara Mafodda, Paolo Rossi, Elio, Natalino Balasso, Anita Kravos, Vincenzo Crea, Jasmin Mattei
Sociétés de production : Tempesta, Rai Cinema, Tellfilm
Réalisateur : Margherita Vicario
Scénaristes : Anita Rivaroli, Margherita Vicario
Producteurs : Valeria Jamonte, Manuela Melissano, Carlo Cresto-Dina
Producteur exécutif : Alessio Lazzareschi
Directeur de la photographie : Gianluca Palma
Scénographes : Luca Servino, Susanna Abenavoli
Costumière : Mary Montalto
Editeur : Christian Marsiglia
Concepteur sonore : Xavier Lavorel
Musique : Margherita Vicario, Dade (Davide Pavanello)
Casting : Massimo Appolloni
Ventes : Rai Cinema International

1 heure 46 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*