Ma femme m'a quitté, elle dit que j'utilise ma maladie comme excuse


CHER ABBY: J'ai subi une blessure qui a provoqué une hémorragie interne, qui m'a ensuite donné une anémie ferriprive. Je luttais contre ses symptômes de dépression et d'anxiété avant de recevoir mon diagnostic. N’ayant jamais eu de problèmes de santé mentale dans ma vie, je n’avais aucune idée de ce qui m’arrivait. J'ai été heureuse et calme toute ma vie jusqu'à ce que cette condition médicale change considérablement mon comportement.

Ma femme depuis 20 ans m'a quitté. On m'a diagnostiqué une anémie ferriprive après son départ. Après le diagnostic, j’ai pu arrêter ma perte de sang et guérir l’anémie. Ses symptômes ont disparu et je suis revenu à mon état normal.

J'étais sûr que ma femme et moi nous réconcilierions après mon diagnostic, mais elle dit que j'utilisais la maladie comme excuse pour mon comportement. Elle ne comprend pas que c'en était la cause. Elle croit à tort que je souffre d’une maladie mentale permanente. Elle ne comprend pas que ces symptômes aient disparu une fois la maladie guérie. Elle dit que cela a fait ressortir ma vraie personnalité, ce qui n'est pas vrai.

Ma femme et ma famille sont toute ma vie. Je n'ai pas contracté ce problème de santé volontairement. Nous avons une fille de 4 ans pour qui je suis un père formidable. Ma femme est en train de jeter notre famille et essaie de me retirer ma fille parce que j'avais une maladie curable, que je n'ai plus. Comment puis-je lui faire comprendre ce qui s’est passé et sauver notre famille ? – L'HOMME LE PLUS TRISTE DU MONDE

CHER HOMME LE PLUS TRISTE : Vous ne pouvez pas forcer votre femme à se réconcilier, mais il serait bénéfique pour vous deux de consulter votre médecin afin qu'il puisse vous expliquer la raison de votre changement de personnalité et lui assurer que le problème n'est pas permanent.

Si cela ne vous aide pas, vous devrez alors accepter que le mariage est terminé pour la raison la plus tragique et continuer votre vie. Je suis vraiment désolé pour votre situation difficile.

CHER ABBY: Mon mari est décédé il y a deux ans. Cela a été un combat, mais nous y parvenons. J'ai deux fils. On est seul ; l'autre est au collège. Je veux retourner dans ma ville natale, mais mon fils veut rester ici avec ses amis et aller au lycée local comme son frère l'a fait. Rien ne me retient ici à part mon travail.

Je suis tellement triste et déprimé. Rentrer chez moi avec des amis et de la famille plus proches serait mieux pour moi mais peut-être pas mieux pour lui. La perte de son père a été très dure pour lui. Il lui faudra quatre ans avant de terminer ses études. Je veux juste être une bonne maman. Conseillez-moi, s'il-vous-plaît. — PAS SÛR EN CAROLINE DU SUD

CHER, PAS SÛR : Ne déplacez pas votre fils pendant qu'il est dans sa dernière année ou deux au collège. D’ici là, des cliques se sont formées et il pourrait avoir du mal à s’intégrer dans la nouvelle école.

Le moment idéal pour faire ce choix serait l'été précédant la première année de lycée de votre fils, car à ce moment-là, chaque élève entrera dans un nouvel environnement et sera sur un pied d'égalité sociale. Cela ne pourrait pas faire de mal d'en discuter avec un conseiller de l'école de votre fils et de lui demander des suggestions.

Dear Abby est écrit par Abigail Van Buren, également connue sous le nom de Jeanne Phillips, et a été fondée par sa mère, Pauline Phillips. Contactez Dear Abby sur DearAbby.com ou PO Box 69440, Los Angeles, CA 90069.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*