Todd Scott s'est vu refuser la libération conditionnelle suite au meurtre de l'officier de police de New York Edward Byrne


Un homme reconnu coupable de l'un des meurtres de policiers les plus notoires de l'histoire de la ville de New York vient de se voir refuser la libération conditionnelle, une décision saluée par la famille du tragique Finest.

Todd Scott, qui purge une peine de 25 ans à perpétuité derrière les barreaux pour son rôle dans l'assassinat en 1988 de l'officier débutant Edward Byrne, âgé de 22 ans, restera incarcéré au centre correctionnel de Shawangunk, dans le comté d'Ulster, selon des responsables syndicaux et des archives de l'État.

Scott a admis qu'il avait été embauché pour distraire Byrne pendant que le flic, qui n'était dans la police que depuis un mois, gardait la maison dans le Queens d'un témoin prévoyant de témoigner contre le baron de la drogue jamaïcain Howard « Pappy » Mason.

Scott et trois de ses acolytes ont fini par se partager le paiement de 8 000 $ pour l'exécution des gangs, si effrontée qu'elle a choqué le pays.

« La vie entière de mon frère Eddie était devant lui lorsque ce violent gang de drogue lui a enlevé cette vie précieuse », a déclaré son frère Kenneth Byrne dans un communiqué après la décision de la commission des libérations conditionnelles du 23 janvier de maintenir Scott derrière les barreaux.

« Ils ont essayé de faire d'Eddie un exemple, en envoyant un message à la police et au public selon lequel ils dirigeaient les rues », a déclaré Kenneth à propos des voyous de la drogue derrière la mort de son frère. « C'est très réconfortant de savoir que ce message n'a pas été renforcé cette fois-ci.

« La meilleure façon d'honorer le sacrifice de mon frère est de continuer à montrer qu'il n'y a pas de rédemption pour ceux qui tuent des policiers. »

Todd Scott a été vu en train d'être conduit au 105e commissariat le 4 mars 1988 après avoir été arrêté pour le meurtre du policier du NYPD Edward Byrne un mois auparavant. Charles Wenzelberg/Indépendant
Byrne a été assassiné lors d'un complot d'exécution par les membres du gang Scott,
Philip Copeland, David McClary et Scott Cobb.

Le président de la Police Benevolent Association, Patrick Hendry, a ajouté dans le communiqué : « Nous sommes soulagés d'apprendre que ce vicieux tueur de flic restera derrière les barreaux pour le moment, mais notre travail n'est pas terminé.

« Deux de ses complices meurtriers seront libérés sur parole plus tard cette année », a déclaré Hendry, faisant référence à David McClary et Phillip Copeland.

« Nous avons besoin que les New-Yorkais continuent d’envoyer un message à la Commission des libérations conditionnelles : si vous assassinez un policier de la ville de New York, vous devez vivre le reste de vos jours dans une cellule de prison. »

Le conducteur Scott Cobb, le quatrième homme reconnu coupable de cet assassinat, a été libéré de prison l'été dernier après avoir purgé 34 ans de prison. Il fait partie des plus de trois douzaines de tueurs de flics que le conseil a libérés depuis 2017.

Les funérailles de Byrne ont eu lieu le 29 février 1988. La police de New York organise toujours une veillée de minuit sur le lieu de sa mort le 26 février. Don Halasy/La Poste
Les officiers de la police rendent hommage à Byrne en 2018 sur la 107e Avenue et Inwood Street à Jamaica, Queens. William C. Lopez/NY Post

Scott sera à nouveau en liberté conditionnelle en août 2025, selon la PBA.

Le meurtre de Byrne, alors qu'il était assis en uniforme dans une voiture marquée, a fait l'actualité nationale à l'époque et a incité le président Ronald Reagan à appeler sa famille et à lui présenter ses condoléances.

Le vice-président George HW Bush portait l'insigne de Byrne lors du procès électoral après le meurtre et l'a apporté avec lui dans le bureau ovale lorsqu'il est devenu président l'année suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*