La PWHL New York fait ses débuts avec des stars à l'UBS Arena


Pascal Daoust s'exprimait avec un fort accent canadien, mais son message faisait écho au sentiment de son nouveau terrain de jeu à New York.

«Je sais que la chanson le dit bien, 'si vous pouvez réussir ici, vous pouvez réussir n'importe où'», a déclaré le directeur général de la PWHL New York avec un sourire mercredi soir avant la défaite 5-2 de l'équipe contre la PWHL Montréal à l'UBS Arena. «Nous avons 19 [thousand] des sièges à pourvoir, pourquoi pas New York ?

Le voyage de Daoust et de New York pour arriver ici ne fait que commencer.

Ils ont certainement du pain sur la planche.

L'affrontement de mercredi soir était le troisième match de l'histoire de New York alors que la PWHL entame sa saison inaugurale en tant que nouvelle meilleure ligue professionnelle de hockey féminin.

Il s'agissait du premier match de l'équipe à l'UBS Arena d'Elmont, qui, bien que principalement l'arène locale des Islanders, sera l'un de ses deux sites à domicile, avec la Total Mortgage Arena de Bridgeport, Connecticut, cette saison.

Jessie Eldridge (9), l'avant de la PWHL New York, saute dans sa pile lorsque sa coéquipière Ella Shelton (17) a marqué au cours de la troisième période lors de la défaite 5-2 de la PWHL New York contre la PWHL Montréal. Robert Sabo pour le NY Post

Mais « New York » est cousu sur les maillots bleu sarcelle de l'équipe, pas Connecticut.

Bien que Bridgeport soit certainement assez proche, les 2 201 partisans présents mercredi ressemblent davantage à la base de partisans que cette équipe tente de conquérir que ceux qui étaient présents vendredi dernier lors de la défaite 3-2 de l'équipe contre Toronto au Total Mortgage Arena.

La légende des Islanders Bryan Trottier a laissé tomber la première rondelle de cérémonie.

Amy Rivard, chantant parmi les partisans plutôt que sur la glace, a entonné les hymnes nationaux canadien et américain.

La légende du tennis féminin Billie Jean King a été diffusée sur le jumbotron.

Jenna Lemoncelli du Post, animatrice de l'arène pour la soirée, a enthousiasmé la foule.

Et enfin, New York a commencé à concourir pour la première fois devant sa nouvelle base de supporters locaux.

La légende du tennis Billie Jean King regarde le match pendant la deuxième période lorsque la PWHL New York affronte la PWHL Montréal. Robert Sabo pour le NY Post

« C'est définitivement un rêve devenu réalité », a déclaré Daoust. « Un rêve commence par un plan. Jusqu'à ce que vous ayez un plan, c'est toujours un rêve. Maintenant, nous avons un très grand plan qui vient de la ligue. Et ils ont l’occasion aujourd’hui de se présenter aux fans et à New York. C'est un grand rêve qui devient réalité.

« Nous attendons des fans qui s'identifieront à l'équipe. Une équipe qui travaille dur pendant 60 minutes, qui est en compétition, qui est courageuse et juste.

New York a une forte concurrence locale pour attirer l'attention des fans : deux équipes professionnelles de football, de baseball, de basket-ball, de football et de hockey masculin ainsi qu'une myriade d'équipes universitaires.

Emma Woods (67), avant de la PWHL New York, célèbre après le score de sa coéquipière Ella Shelton (non représentée). Robert Sabo pour le NY Post

L’équipe – et plus largement la ligue, qui débute avec six équipes – peut-elle se forger sa propre niche ?

« La chose la plus importante pour ce sport est de trouver les endroits où ces femmes peuvent aller et avoir un impact dans la communauté, amener plus de filles à s'intéresser au hockey en général et leur montrer qu'il y a un endroit où aller », a déclaré un partisan, Christian Skawski. La poste. « À la fin, il y a un objectif final. Beaucoup de filles abandonnent le hockey dès leur plus jeune âge. … Maintenant, ils se voient faire ce que font les autres athlètes professionnels.

Le jeu avait la plupart des sensations d'un jeu professionnel, à un détail près.

Les partisans ont scandé, particulièrement après le but de Jessie Eldridge en première période et celui d'Ella Shelton en troisième période, « Allons à New York » tout au long de la soirée, ce qui nous a amené à nous demander pourquoi « New York » au lieu du nom de l'équipe.

L'attaquante de la PWHL Montréal Catherine Dubois (28 ans) marque un but sur la gardienne de but de la PWHL New York, Corinne Schroeder. Robert Sabo pour le NY Post

Eh bien, il n'y a pas encore de surnom d'équipe.

Aucune des équipes de la ligue n'en possède encore, ni de logo.

Cela nous rappelle à quel point la ligue est nouvelle.

Mais certains des premiers signes sont optimistes.

Le match de samedi dernier entre le Minnesota et Montréal au Xcel Energy Center a battu le record de la plus grande affluence à un match de hockey féminin professionnel avec 13 316 spectateurs.

Non, New York est loin d'atteindre cet objectif, mais encore une fois, la concurrence pour attirer l'attention dans ce domaine est féroce.

« Il suffisait de regarder autour de soi plusieurs fois et de se pincer, car c'est vraiment une installation magnifique », a déclaré l'entraîneur-chef Howie Draper à propos de l'UBS Arena. « La glace est rapide, les supporters étaient formidables. On les entendait derrière nous, nous donnant tout ce qu'ils pouvaient nous donner. Cela a donné du fil à retordre aux arbitres alors qu'ils pensaient que nous ne méritions peut-être pas quelques appels. Nous en avons besoin. … C’était très amusant de jouer ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*