La plainte pour diffamation du prince Harry contre l’éditeur du Mail on Sunday doit être jugée, selon le juge


L’affaire en diffamation intentée par le prince Harry contre le journal Mail on Sunday au sujet d’un article sur ses mesures de sécurité doit être jugée, a statué vendredi un juge de la Haute Cour de Londres, rejetant les tentatives du royal de faire rejeter la défense de l’éditeur.

Harry, le fils cadet du roi Charles, a poursuivi l’éditeur Associated Newspapers l’année dernière pour un article affirmant qu’il avait tenté de garder secret une bataille juridique distincte avec le gouvernement britannique au sujet de sa protection policière financée par l’État, qui lui avait été retirée après qu’il se soit retiré de ses fonctions royales. en 2020.

Le rapport accusait également Harry d’avoir tenté d’induire le public en erreur sur sa volonté de payer lui-même pour le maintien de l’ordre.

Le prince Harry a poursuivi l’éditeur Associated Newspapers l’année dernière pour un article affirmant qu’il avait tenté de garder secret une bataille juridique distincte avec le gouvernement britannique au sujet de sa protection policière financée par l’État. REUTERS
Le prince Harry et l’avocat David Sherborne quittent le Rolls Building de la Haute Cour le 7 juin 2023 à Londres. REUTERS
Le rapport accusait également Harry d’avoir tenté d’induire le public en erreur sur sa volonté de payer lui-même pour le maintien de l’ordre. REUTERS
Le juge a ajouté dans un résumé de sa décision : « La plainte du duc de Sussex passera désormais par ses phases préliminaires restantes et, à moins qu’elle ne soit résolue d’une autre manière, jusqu’à un procès à un moment donné en 2024. » REUTERS

Harry a demandé que la défense du groupe de presse soit rejetée, mais le juge Matthew Nicklin a déclaré dans une décision écrite qu’il y avait de réelles chances de succès.

Le juge a ajouté dans un résumé de sa décision : « La plainte du duc de Sussex passera désormais par ses phases préliminaires restantes et, à moins qu’elle ne soit résolue d’une autre manière, jusqu’à un procès à un moment donné en 2024. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*