280 millions de vélos électriques réduisent la demande de pétrole bien plus que les véhicules électriques


Nous montons dans la voiture pour faire l’épicerie ou déposer les enfants à l’école. Mais même si la voiture est pratique, ces courts trajets s’additionnent en termes d’émissions, de pollution et de coût de l’essence.

Près de la moitié (44 %) de tous les déplacements domicile-travail australiens se font en voiture et parcourent moins de 10 km. Sur les 4,2 millions de déplacements quotidiens en voiture à Perth, 2,8 concernent des distances inférieures à 2 km.

Ceci est courant dans les pays les plus riches. Aux États-Unis, 60 % de tous les déplacements en voiture couvrent moins de 10 km.

Alors quelle est la meilleure solution ? Vous pourriez penser que passer à un véhicule électrique est une étape naturelle. En fait, pour les courts trajets, un vélo ou un cyclomoteur électrique pourrait être meilleur pour vous et pour la planète. En effet, ces modes de transport, collectivement connus sous le nom de micromobilité électrique, sont moins chers à l’achat et à l’exploitation.

Mais c’est bien plus que cela : elles remplacent actuellement une demande de pétrole quatre fois supérieure à celle de toutes les voitures électriques du monde, en raison de leur adoption fulgurante en Chine et dans d’autres pays où les cyclomoteurs sont un moyen de transport courant.

Comment est-ce possible ?

L’année dernière, sur les routes du monde, il y avait plus de 20 millions de véhicules électriques et 1,3 million de véhicules électriques commerciaux tels que des bus, des camionnettes de livraison et des camions.

Mais ce nombre de véhicules à quatre roues ou plus est totalement éclipsé par celui des véhicules à deux et trois roues. Il y avait plus de 280 millions de cyclomoteurs, scooters, motos et trois-roues électriques sur les routes l’année dernière. Leur simple popularité réduit déjà la demande de pétrole d’un million de barils par jour, soit environ 1 % de la demande mondiale totale, selon les estimations de Bloomberg New Energy Finance.

Qu’en est-il des véhicules électriques, demandez-vous ? Après tout, les véhicules électriques ont été présentés comme une solution miracle pour réduire les émissions des voitures et la pollution de l’air dans les villes, car leurs émissions d’échappement sont nulles. Chargés d’énergie renouvelable, ils deviennent encore plus écologiques.

Mais les considérer comme un bien incontestable est une erreur. Ce sont des voitures plus propres, mais ce sont toujours des voitures, qui prennent de la place sur les routes et nécessitent beaucoup d’électricité pour les propulser. Leurs batteries les rendent plus lourdes qu’une voiture traditionnelle et dépendent fortement de l’extraction d’éléments de terres rares. Même si les véhicules électriques sont globalement beaucoup plus écologiques que les voitures à moteur à combustion interne, la fabrication de batteries peut compromettre certains des gains.

Du côté positif, les voitures à essence coûtent environ 0,14 $ AUS par kilomètre de carburant, soit environ 1 820 $ de carburant par an pour une voiture moyenne parcourant 12 000 km. L’entretien coûte en moyenne 910 dollars par an, ce qui porte le total à 2 730 dollars pour une voiture à essence.

En revanche, recharger un véhicule électrique coûterait environ 480 dollars pour cette distance. L’entretien de 240 $ porte les coûts de fonctionnement annuels à 720 $. Les véhicules électriques sont donc beaucoup moins chers à exploiter. Mais ils coûtent cher à l’achat.

Quels sont les avantages des cyclomoteurs et vélos électriques ?

La révolution des transports électriques est une excellente occasion de repenser la façon dont nous nous déplaçons dans nos villes et si nous avons même besoin d’une voiture.

Après tout, les voitures n’ont souvent qu’un seul occupant. Vous dépensez beaucoup d’énergie pour vous transporter.

En revanche, les cyclomoteurs et vélos électriques consomment beaucoup moins d’énergie pour transporter une ou deux personnes. Elles sont également beaucoup moins chères à l’achat et à l’entretien que les voitures électriques.

Si vous faites 20 km de trajet en vélo électrique par jour, cinq jours par semaine, votre coût de recharge serait d’environ 20 $ par an.

En Australie, les vélos électriques sont en train de passer très rapidement du statut d’activité amateur à celui de mode de transport urbain sérieux. Plus de 100 000 vélos électriques ont été vendus ici l’année dernière.

Bien sûr, il est peu probable que vous utilisiez des cyclomoteurs ou des vélos électriques pour conduire de Sydney à Melbourne. Leur véritable valeur réside dans les trajets courts – aller à l’école, aller chercher du lait et du pain, ou même faire la navette – où ils prennent à peu près le même temps, voire moins, qu’une voiture.

Les petites options électriques comme les scooters et les skateboards offrent également un moyen de surmonter le problème du dernier kilomètre qui affecte les systèmes de transports publics. En bref, c’est la distance gênante entre votre domicile et la gare ou l’arrêt de bus. Être capable de parcourir cette distance rapidement peut changer la donne pour les transports publics.

Si elle est adoptée, la micromobilité électrique peut réduire les émissions urbaines. Une étude menée au Royaume-Uni auprès des conducteurs de scooters électriques a révélé que ces déplacements produisaient jusqu’à 45 % moins de dioxyde de carbone que les alternatives.

Des chercheurs américains estiment que si les déplacements en vélo électrique s’étendaient à 11 pour cent de tous les déplacements en véhicule, les émissions des transports diminueraient d’environ 7 pour cent.

À mesure que les prix de l’essence augmentent et que ceux des batteries baissent, les coûts de fonctionnement moins élevés des véhicules électriques et les coûts de fonctionnement encore moins élevés des cyclomoteurs, vélos et scooters électriques continueront de ronger la demande de pétrole.

La demande mondiale de pétrole devrait désormais culminer en 2028 à 105,7 millions de barils par jour, puis commencer à baisser, selon l’Agence internationale de l’énergie.

Les véhicules électriques joueront un rôle dans la réduction de la demande de pétrole. Mais il se pourrait bien que la micromobilité électrique réduise la demande plus rapidement, compte tenu de la rapidité avec laquelle ces options moins chères et plus nombreuses sont adoptées.

Qu’est ce que cela signifie pour moi?

Si vous envisagez de passer à l’électrique, cela vaut la peine d’examiner de près vos besoins en matière de transport. Si vous habitez dans une banlieue périphérique ou dans une ville régionale, vous constaterez peut-être que l’autonomie plus longue et la plus grande capacité d’une voiture électrique sont mieux adaptées.

Mais pour de nombreuses personnes, il est probable que vous disposerez de toute une gamme d’options. Vous pourriez avoir un véhicule électrique pour les trajets plus longs ou les voyages de groupe, ainsi qu’un vélo électrique pour les courses scolaires ou les courses.

Muhammad Rizwan Azhar, Université Edith Cowan et Waqas Uzair, Université Edith Cowan.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l’article original.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*