Emma Hayes nommée entraîneur de l’USWNT, a peu de temps avec l’équipe pré-olympique


Emma Hayes, de Chelsea, a été officiellement nommée nouvel entraîneur-chef de l’équipe féminine américaine mardi, mais elle ne prendra la relève des quadruples vainqueurs de la Coupe du monde féminine qu’en mai, lui laissant peu de temps avec l’équipe avant qu’elle ne commence à jouer aux Jeux olympiques de Paris. fin juillet.

L’entraîneur par intérim Twila Kilgore continuera à diriger l’équipe jusqu’à l’arrivée de Hayes après la fin de la saison de Super League féminine, puis elle deviendra l’une de ses assistantes.

« C’est un immense honneur d’avoir l’opportunité d’entraîner l’équipe la plus incroyable de l’histoire du football mondial », a déclaré Hayes dans un communiqué préparé. « Les sentiments et le lien que j’ai pour cette équipe et pour ce pays sont profonds. Je rêve d’entraîner les États-Unis depuis longtemps, donc avoir cette opportunité est un rêve devenu réalité. Je sais qu’il y a du travail à faire pour atteindre nos objectifs de victoire constante aux plus hauts niveaux.

Les termes financiers de son contrat n’ont pas été rendus publics, mais US Soccer a déclaré que Hayes était en passe de devenir « l’entraîneur de football féminin le mieux payé au monde ».

Chelsea avait annoncé ce mois-ci que Hayes, 47 ans, quittait les champions en titre à la fin de la saison pour « poursuivre une nouvelle opportunité en dehors de la WSL et du football de club ».

Emma Hayes est la nouvelle entraîneure de l’USWNT, mais ne commencera qu’en mai
Images d’action via Reuters

Hayes a remporté 14 trophées majeurs à Chelsea, dont six titres WSL.

Avant la victoire 3-0 de Chelsea sur Everton le week-end dernier, Hayes n’a pas voulu commenter les spéculations selon lesquelles elle aurait accepté des conditions avec les États-Unis.

Elle a déclaré qu’elle démissionnait pour passer plus de temps avec son fils de 5 ans, citant à la fois de longues heures et de longs déplacements.

Elle succédera à Vlatko Andonovski, qui a démissionné suite à la mauvaise performance des Américaines lors de la Coupe du monde féminine cet été en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Les États-Unis, qui avaient remporté deux Coupes du monde consécutives, ont chuté aux tirs au but après un match nul sans but contre la Suède en huitièmes de finale, la première élimination jamais enregistrée pour les Américains dans le tournoi.

Emma Hayes reprend un USWNT qui a déçu lors de la Coupe du Monde.
PA

Les États-Unis n’avaient jamais terminé moins bien que troisièmes lors des précédentes Coupes du monde.

Andonovski, qui a été nommé entraîneur des États-Unis en octobre 2019, a terminé 51-5-9 avec l’équipe et 3-2-5 dans les tournois majeurs.

Le mois dernier, il a été nommé entraîneur du Kansas City Current dans la National Women’s Soccer League.

Kilgore, assistant de l’équipe américaine d’Andonovski, a pris la relève après son départ.

Il ne reste plus aux États-Unis que deux matches hors-concours cette saison, contre la Chine le 2 décembre à Fort Lauderdale, en Floride, et le 5 décembre dans la région de Dallas.

Une fois que Hayes prendra la relève, elle ne disputera que quatre matches d’exhibition avec les États-Unis avant les Jeux olympiques. Elle est la 10e entraîneure-chef à temps plein des Américaines.

Megan Rapinoe, à droite, réagit avec ses coéquipières après leur défaite contre la Suède lors des huitièmes de finale de la Coupe du monde féminine à Melbourne, en Australie,
PA

Parmi les autres candidats envisagés pour le poste figuraient l’ancien assistant américain Tony Gustavsson, actuellement entraîneur de l’équipe féminine d’Australie, et Laura Harvey, entraîneur d’OL Reign dans la NWSL. Le directeur sportif du football américain, Matt Crocker, a dirigé la recherche mondiale.

« Emma est une leader fantastique et une entraîneure de classe mondiale qui fixe des normes élevées pour elle-même et pour tous ceux qui l’entourent », a déclaré la présidente du football américain, Cindy Parlow Cone, dans un communiqué. « Elle a une énergie formidable et une volonté insatiable de gagner. Son expérience aux États-Unis, sa compréhension de notre paysage du football et son appréciation de ce que signifie entraîner cette équipe font d’elle un candidat naturel pour ce rôle et nous ne pourrions être plus heureux de la voir diriger notre équipe nationale féminine.

Hayes a mené Chelsea à deux doublés en championnat et en coupe nationale et à un triplé en trophée depuis qu’il a repris l’équipe en 2012.

Elle aura la chance de remporter un septième titre WSL avant de quitter Chelsea, qui occupe actuellement la tête de la ligue avec une fiche de 5-0-1.

Hayes, qui a grandi à Londres, a déjà été entraîneur aux États-Unis avec les Long Island Lady Riders et le Iona College.

Elle a rejoint les Red Stars de Chicago lors de l’année inaugurale de la ligue de football professionnel féminin en 2008, sélectionnant Megan Rapinoe avec le deuxième choix du premier repêchage. Elle a également été directrice technique du New York Flash au sein de WPS.

« Je comprends parfaitement la place que cette équipe occupe dans la société américaine. Je l’ai vécu. Je me souviens avoir été un jeune entraîneur gravissant les échelons du système aux États-Unis et avoir vu toutes ces jeunes filles aspirer à jouer dans l’équipe nationale féminine des États-Unis », a déclaré Hayes dans le communiqué. « Pour moi, l’honneur de bâtir sur cet héritage fait sans aucun doute partie de ma motivation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*