Critique de « The Curse » – Emma Stone et Nathan Fielder font un spectacle inconfortable


La grande image

  • La malédiction est un spectacle révolutionnaire, étrange et sombrement hystérique créé par Nathan Fielder et Benny Safdie qui combine parfaitement leurs sensibilités comiques.
  • Les scénarios grinçants de Fielder, la création de stress intense de Safdie et la performance audacieuse de Stone créent le juste milieu tonal parfait pour les trois protagonistes de la série.
  • La malédiction aborde des idées telles que les sauveurs blancs, la gentrification et le manque d’introspection à travers le prisme d’une émission de téléréalité sur la rénovation domiciliaire, ce qui en fait une comédie particulièrement brillante.


Au cours de la dernière décennie, peu de gens ont mis leur public aussi mal à l’aise que Nathan Fielder et Benny Safdie. Avec Nathan pour toil’une des meilleures comédies des années 2010 et celle de l’année dernière La répétition, Fielder a brouillé les frontières entre réalité et fiction avec des spectacles hilarants, maladroits, toujours surprenants et souvent émouvants. Pendant ce temps, avec son frère Josh Safdie, Benny est devenu un maître de l’intensité et de la tension avec des films comme Dieu sait quoi, Bon tempset l’étouffement Pierres précieuses non taillées. Par ailleurs, ce couple a réalisé certains des divertissements les plus excitants de ces dernières années. Mais dans leur premier projet ensemble, La malédictioncette rencontre d’esprits crée l’un des spectacles les plus étranges et sombrement hystériques de cette année, qui parvient à être un mélange parfait de leurs sensibilités.

Image via Showtime

La malédiction

Co-créé et produit par Benny Safdie et Nathan Fielder, LA MALÉDICTION est une série qui change les genres et qui explore comment une prétendue malédiction perturbe la relation d’un couple nouvellement marié alors qu’ils tentent de concevoir un enfant tout en jouant dans leur nouvelle émission de rénovation domiciliaire. – Afficher l’heure

Date de sortie
10 novembre 2023

Casting
Emma Stone, Nathan Fielder, Benny Safdie, Corbin Bernsen, Barkhad Abdi, Constance Shulman, Gary Farmer

Genres
Satire

De quoi parle « La Malédiction » ?

Fielder et Emma Stone incarnent Asher et Whitney Siegel, un couple nouvellement marié qui crée leur propre émission de téléréalité sur la rénovation domiciliaire appelée Flipanthropie. Dans cette émission, les Siegel prennent des maisons et les convertissent en maisons respectueuses de l’environnement dans la communauté en difficulté d’Española, au Nouveau-Mexique. Avec l’aide de Dougie Schecter (Safdie), producteur et ami d’Asher, le trio tente de créer un spectacle qui non seulement divertit mais informe également – non seulement sur les solides pratiques écologiques mais sur tout le travail acharné (gentrifiant) que font les Siegel. dans la réforme de ce domaine.

Mais en coulisses, les Siegel se retrouvent confrontés à toutes sortes de problèmes. Leur émission n’est tout simplement pas assez intéressante, ils essaient d’avoir un enfant, les parents de Whitney (Corbin Bernsen et Constance Shulman) sont connus dans la région pour être des seigneurs des taudis, et les Siegel tentent toujours de se faire accepter par le quartier. Mais les choses empirent encore lorsqu’Asher est maudit par une petite fille, le laissant se demander si leur récente malchance est potentiellement entièrement de sa faute, sans savoir que les choses vont empirer avant de s’améliorer.

« The Curse » est un mélange parfait de Nathan Fielder et Benny Safdie

Benny Safdie dans le rôle de Dougie dans The Curse
Image via Showtime/A24

La malédiction fonctionne si bien parce qu’il trouve le juste milieu tonal parfait pour ses trois leads. Avec Stone, nous avons un aperçu du travail plus sauvage et plus audacieux que Stone a récemment réalisé avec des cinéastes comme Yorgos Lanthimos. Pour Fielder, il peut créer des scénarios grinçants, presque atroces, auxquels vous voulez échapper mais ne pouvez pas. Et avec Safdie, vous ressentez ce stress tout aussi angoissant qui semble grandir et grandir jusqu’à ce qu’il n’ait plus d’autre endroit où aller que d’exploser.

Fielder a également réalisé sept des dix épisodes de la série (avec Demoiselle réalisateurs David Zeller et Nathan Zeller diriger les trois autres). Dans le même temps, Fielder et Safdie ont écrit toute la série (aux côtés d’un collaborateur fréquent de Fielder Carrie Kemper sur deux des épisodes). Cette fusion de Safdie et Fielder constitue un excellent combo. C’est souvent déroutant et toujours fascinant à regarder. Fielder s’attarde souvent sur certains moments presque trop longtemps, obligeant le public à prendre en compte la tension d’une scène et le forçant à se plonger dans les moments embarrassants de la vie des Siegel. Asher et Whitney sont souvent inconscients de ce qu’ils ressentent mutuellement et avec ceux qui les entourent, et ce manque de conscience de soi est toujours capturé par la direction inflexible de Fielder. Combinez cela avec une partition envoûtante et évocatrice, produite par le pilier de Safdie Daniel Lopatin et compositeur John Medeski, Le La convergence troublante de Fielder et Safdie dans Curse est constituée de deux tons formidables qui fonctionnent en quelque sorte en synchronisation l’un avec l’autre.

Mais au-delà d’être profondément drôle et troublant, La malédiction aborde toutes sortes d’idées et de concepts d’une manière qui s’emboîte parfaitement. Non seulement c’est Flipanthropie une version intelligente des émissions de HGTV, mais c’est aussi une série qui explore l’idée des sauveurs blancs, le choix de faire de bonnes choses uniquement lorsqu’un public est là pour en être témoin, les nombreux problèmes de gentrification, les relations toxiques, les tentatives de résoudre les problèmes mondiaux sans penser localement et un manque général d’introspection qui peut aggraver la situation des autres. Même si Asher et Whitney pourraient croire qu’ils ont le cœur à la bonne place dans leurs choix, nous voyons l’égoïsme prendre le dessus sur eux.car ce sont toujours leurs manières égocentriques qui finissent par vaincre tout le reste.

« Les performances de The Curse sont fantastiques, en particulier celles du joueur de champ

Emma Stone et Nathan Fielder dans
Image via A24/Paramount+

La malédiction ne fonctionnerait tout simplement pas sans un trio de grands acteurs capables de s’équilibrer sur la corde raide que ce spectacle exige qu’ils marchent. Safdie joue Dougie d’une manière qui nous amène toujours à remettre en question ses intentions : il pourrait essayer de faire Flipanthropie un très bon spectacle, ou il pourrait lentement essayer de détruire la relation entre Asher et Whitney. Son passé trouble et ses addictions font de lui à la fois un personnage sympathique parfois, mais aussi un joker – et de ce fait, il devient un parfait personnage de Safdie. Stone est également excellente dans le rôle de Whitney, car elle tente de faire ce qu’il faut et de se débarrasser de la stigmatisation de ses parents, tout en voulant désespérément l’attention qu’une émission de télévision lui accorderait. Surtout plus tard dans la saison, alors que Whit remet tout en question, de la direction de la série à ses relations, Stone fait un travail incroyable. Whit est souvent un personnage insulaire, et pourtant, en regardant simplement ou en évitant un autre personnage, Stone nous dit tout ce que nous devons savoir sur ce qui se passe dans l’esprit de Whit. Stone ne pourrait pas être plus parfait dans un rôle qui exige quelqu’un capable de jouer ces moments les plus sérieux dans une scène, avant de passer à certains des moments comiques les plus délicats de la série.

Mais c’est Un joueur de terrain qui est une force absolue avec laquelle il faut compter La malédiction. Asher est l’encapsulation de tout ce qui grince dans cette série. Dès les premiers épisodes, on peut dire qu’Asher est complètement mal à l’aise dans sa peau. Il n’est terriblement pas drôle, au point que Whit lui dit qu’il devrait suivre des cours de comédie, et quand on apprend que Dougie intimidait Asher, on comprend presque d’où vient l’intimidateur. Asher est certainement le moins sympathique des Flipanthropie duo, ce qui est clairement expliqué par un groupe de discussion, et ce sont ses actions qui laissent lui et Whit penser qu’ils pourraient être maudits. Et pour aggraver les choses, tout le monde semble savoir qu’Asher a un petit pénis.

Fielder fait un travail incroyable en tant qu’Asher. Dans de nombreuses scènes, Fielder est chargé d’affronter un lauréat d’un Oscar, et il tient tête à Stone, donnant une performance vraiment tragique et exaspérante qui est époustouflante à regarder. Fielder a souvent été caractérisé par son discours monotone et sa réaction directe à presque toutes les situations qui se présentaient à lui. Nathan pour toi et La répétition. Mais en La malédiction, nous pouvons voir Fielder agir de tout son cœur, et il est formidable dans un rôle qui met en valeur ses points forts tout en le poussant plus loin que nous ne l’avons jamais vu auparavant.

Il n’y a rien à la télé comme « The Curse »

Nathan Fielder, Emma Stone et Benny Safdie parlent devant une fenêtre dans The Curse
Image via Showtime

La malédiction est l’une des émissions les plus idiosyncratiques de mémoire récente et un mélange impressionnant des sensibilités comiques de Safdie, Fielder et Stone. Regarder cette série se dérouler et ses personnages lutter et trébucher montre clairement qu’il n’y a rien de tel à la télévision. Fielder et Safdie ont montré à maintes reprises qu’ils pouvaient créer des œuvres non conventionnelles et stupéfiantes, mais ensemble, La malédiction est particulière, déroutante et l’une des comédies les plus brillantes de 2023.

Notation: UN-

La malédiction premières sur Paramount+ avec Showtime et à la demande à partir du vendredi 10 novembre, suivies d’un début à l’antenne sur Showtime le dimanche 12 novembre. Les nouveaux épisodes sont diffusés en streaming le vendredi, suivis de leur sortie le dimanche sur Showtime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*