Revue de « Society of the Snow » : JA Bayona mélange action viscérale et désespoir existentiel dans un thriller de survie trop long mais affectant


La catastrophe de 1972 au cours de laquelle le vol 571 de l’armée de l’air uruguayenne s’est écrasé dans une partie reculée des Andes alors qu’il transportait une équipe de rugby, leurs amis et des membres de leur famille à un match au Chili a fait l’objet de nombreux livres, documentaires et de deux longs métrages dramatiques : le 1976 Mexploitation quickie, Survivre!, qui n’a pas atteint son point d’exclamation ; et la version hollywoodienne de Frank Marshall de 1993, Vivantune entrée médiocre dans les débuts de carrière d’Ethan Hawke à l’écran.

Bien qu’il s’agisse d’une réinvention fictive et basée sur le genre, vaguement inspirée du vol 571, le film de Showtime Vestes jaunes a paradoxalement fait une plus grande sensation culturelle que l’un ou l’autre de ces films, avec son mélange de genre d’horreur, de mystère et d’humour mordant.

Société de la Neige

L’essentiel

Inégal mais finalement efficace.

Lieu: Mostra de Venise (hors compétition)
Casting: Enzo Vogrincic, Agustín Pardella, Matías Recalt, Esteban Bigliardi, Diego Vegezzi, Fernando Contigiani García, Esteban Kukuriczka, Rafael Federman, Francisco Romero, Valentino Alonso, Tomás Wolf, Agustín Della Corte
Directeur: JA Bayona
Scénaristes: JA Bayona, Bernat Vilaplana, Jaime Marques-Olearraga, Nicolás Casariego, d’après le livre de Pablo Vierci

2 heures 24 minutes

Le réalisateur espagnol JA Bayona, qui a établi la crédibilité de son film de catastrophe et de survie avec le thriller sur le tsunami L’impossiblepèse désormais sur la fonctionnalité Netflix, Société de la Neige (La Société de la Neige), se réappropriant la tragédie réelle et l’histoire de la résilience humaine – et, oui, du cannibalisme – avec authenticité et réalisme effrayant, avec émotion mais sans sensationnalisme.

Récit fidèle basé sur le livre du journaliste uruguayen Pablo Vierci de 2009, le film a été réalisé après de longues consultations avec les survivants et les familles de ceux qui ont péri dans la neige. Le récit en espagnol est à la fois musclé et spirituel, avec un casting d’acteurs latino-américains relativement inconnus soumis aux rigueurs d’un tournage ardu dans des conditions difficiles, tout en suivant un programme de perte de poids supervisé qui donne de la vraisemblance à la représentation d’un groupe. bloqués dans des températures glaciales et au bord de la famine.

Alors qu’un tournage limité a été réalisé par une équipe spécialisée sur le lieu même de la tragédie, dans les Andes, la chaîne la plus navigable de la Sierra Nevada, en Espagne, a servi à la majorité du tournage.

Le livre de Vierci est raconté du point de vue des 16 survivants du vol 571. Mais le scénario de Bayona, Bernat Vilaplana, Jaime Marques-Olearraga et Nicolás Casariego ajoute une dimension métaphysique en incorporant les voix des vivants et des morts. Cela inclut la décision audacieuse de faire de l’un de ces derniers, Numa Turcatti (Enzo Vogrincic), étudiant en droit de 24 ans, le principal narrateur et conscience morale de l’histoire.

Dans un premier temps, Numa a renoncé au voyage au Chili, préférant se concentrer sur ses études. Mais l’ouverture engageante à Montevideo – joliment tournée dans des couleurs désaturées qui évoquent l’époque – montre la bonne humeur contagieuse de l’équipe de rugby des Old Christians, dont certains voyageraient hors d’Uruguay pour la première fois.

Bayona est dans son élément avec les gros coups de pied arrêtés. Le crash lui-même est une séquence de coups de poing blanc dans laquelle chaque frémissement de l’avion est ressenti. Cela commence par les premières secousses de turbulences, dans lesquelles les passagers, pour la plupart jeunes, jouent les durs, puis s’enveniment de manière alarmante à mesure que l’instabilité de l’avion s’aggrave et que les blagues des gars se transforment en prières.

Un bruit assourdissant cède la place à un moment de silence terrifiant juste avant l’impact, alors que l’avion percute une montagne dans les Andes, à l’extrême ouest de l’Argentine. Une aile est sectionnée, le fuselage est déchiré en deux, le cockpit écrasé et la moitié avant de l’avion glisse sur un glacier connu sous le nom de Vallée des Larmes. La vue des corps éjectés de l’avion et le bruit des membres qui claquent et des craquements de métal sont à peu près aussi viscéraux que les scènes de catastrophe.

Douze des personnes à bord sont tuées sur le coup, dont les trois membres d’équipage, et plusieurs autres succombent à leurs blessures dans les jours qui suivent. L’angle mort du lieu de l’accident le rend invisible aux avions de secours, et les survivants apprennent via un reportage diffusé sur une radio à transistors que les recherches sont interrompues au bout de huit jours. Ils y restent coincés pendant 72 jours, jusqu’à ce que le printemps plus doux permette à deux d’entre eux, Nando Parrado (Agustín Pardella) et Roberto Canessa (Matías Recalt), de partir en randonnée pendant 10 jours jusqu’au Chili.

Il y a des moments mordants dans cette période, y compris une tempête de cinq jours culminant en une avalanche qui martèle l’épave pendant que les survivants se blottissent à l’intérieur pour se réchauffer, enterrant ce qui reste du fuselage et le transformant littéralement en glacière. Se frayer un chemin à travers le cockpit détruit nécessite des jours d’effort, épuisant encore plus leurs forces.

Mais la majeure partie de cette longue section médiane est synonyme d’attente, de frissons et de souffrance alors que les victimes augmentent – ​​chacune d’entre elles étant marquée par des noms et des âges apparaissant sous forme de texte à l’écran – et que les maigres réserves de nourriture sont épuisées.

Après avoir survécu à de graves blessures et à des moments de délire avant d’encaisser un nouveau coup lorsque sa sœur meurt, Nando est le premier à déclarer qu’il refuse de mourir de faim alors qu’il y a des corps emballés dans la glace qui pourraient lui servir de source de nourriture. D’autres suivront bientôt. Il y a un débat houleux parmi les survivants quant à savoir si cela serait un crime, ou pire, un péché, puisque la plupart d’entre eux sont dans une certaine mesure religieux. Mais étant donné que l’histoire de survie est bien connue, il y a peu de suspense dans la préparation jusqu’au moment inévitable où les premiers morceaux de chair sont coupés des cadavres et consommés.

Il est admirable que Bayona et ses co-scénaristes aient respectueusement refusé d’exploiter les aspects les plus macabres du cannibalisme. Il n’y a aucune image gore, sanglante ou graphique d’aucune sorte associée à ces scènes. Au lieu de cela, le drame reste principalement psychologique, alors que la faim fait des ravages et que les résistants admettent un à un leur défaite, Numo, malade, étant parmi les derniers d’entre eux. Lorsqu’un passager mourant donne aux survivants restants la permission de manger son corps afin de rester en vie, cela établit le lien entre les vivants et les morts qui lie le groupe dans une société secrète, comme le suggère le titre.

Mais les conflits éthiques et les discussions sur la foi et le sacrifice ne peuvent jusqu’à présent soutenir un film, en particulier lorsque le grand ensemble ne laisse pas beaucoup de place à l’individuation des personnages. Aussi convaincante que soit la situation de vie ou de mort, cela devient un peu un frein dans un film qui dure deux heures et demie et qui pourrait certainement bénéficier d’un montage plus serré. Même le travail de caméra vigoureux de Pedro Luque et la partition orchestrale laborieuse et typiquement énergique de Michael Giacchino ne peuvent pas faire grand-chose pour maintenir l’élan.

Alors que dépouiller les os humains de leur viande devient essentiel à la survie d’un groupe en déclin, Numa observe en voix off que « ce qui était autrefois impensable est devenu une routine ». En un sens, c’est ce qui arrive au film, même s’il y a des scènes intéressantes de débrouillardise, comme fabriquer un sac de couchage pour les randonneurs à partir d’un matériau isolant arraché de l’épave.

Bayona réussit à sortir le film d’une stase dramatique une fois que Nando et Roberto rencontrent un cavalier, accélérant l’action alors que les survivants restants sont secourus et réunis avec leurs familles restées chez eux.

Plus que les semaines de suspension entre la vie et la mort, et l’horrible expérience d’être obligé de manger ses coéquipiers, ses amis et sa famille pour rester en vie, le retour traumatisé à la sécurité et le malaise psychologique d’être salué dans les médias comme « Héros des Andes ». » résonnent avec force. Ce ne sont pas tant les étreintes en larmes des petites amies, des familles et des amis qui provoquent la montée finale du pathétique déchirant, mais plutôt la vision lugubre des survivants émaciés. Avec leur peau brûlée par le soleil de haute altitude et couverte de crasse pendant des mois, leurs yeux hantés semblent un reproche direct à ceux qui qualifient leur délivrance de miracle.

Crédits complets

Lieu : Mostra de Venise (hors compétition)
Distribution : Netflix
Sociétés de production : Netflix, Misión de Audaces Films, El Arriero Films
Avec : Enzo Vogrincic, Agustín Pardella, Matías Recalt, Esteban Bigliardi, Diego Vegezzi, Fernando Contigiani García, Esteban Kukuriczka, Rafael Federman, Francisco Romero, Valentino Alonso, Tomás Wolf, Agustín Della Corte, Felipe Otaño, Andy Pruss, Blas Polidori, Felipe Ramusio, Simón Hempe, Luciano Chattón, Rocco Posca, Paula Baldini, Emanuel Parga, Juan Caruso, Benjamin Segura, Santiago Vaca Narvaja, Fede Aznarez, Agustín Berruti, Alfonsina Carrocio, Jaime James Loutá
Réalisateur : JA Bayona
Scénaristes : JA Bayona, Bernat Vilaplana, Jaime Marques-Olearraga, Nicolás Casariego, d’après le livre de Pablo Vierci
Producteurs : Belén Atienza, Sandra Hermida, JA Bayona
Directeur de la photographie : Pedro Luque
Décorateur : Alain Bainée
Costumier : Julio Suarez
Musique : Michael Giacchino
Editeurs : Jaume Marti, Andrés Gil
Concepteur sonore : Oriol Tarragó
Superviseurs effets visuels : Laura Pedro, Félix Bergés
Avec : Maria Laura Berch, Javier Braier, Iair Said

2 heures 24 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*