Critique du « Making Of » : la comédie dramatique française ludique de Cédric Kahn sur le processus de réalisation d’un film tendu


Tout comme les écrivains qui écrivent leurs mémoires, faire des films sur la réalisation de films est un rite de passage pour de nombreux réalisateurs. Fellini l’a fait avec 8 ½Truffaut avec Jour pour nuitGodard avec Mépris et Fassbinder avec Méfiez-vous d’une sainte pute. Plus récemment, Tarantino nous a offert Il était une fois à HollywoodSpielberg Les FabelmanMichel Hazavanicius a réalisé Coupe finale et Damien Chazelle, Babylone.

Presque tous les films en coulisses partagent le même thème : la réalisation d’un film est un travail éprouvant et très stressant qui pèse lourdement sur toutes les personnes impliquées, en particulier sur les réalisateurs eux-mêmes. C’est certainement l’un des principaux enseignements de la variation très française de Cédric Kahn sur le sujet, Réalisation dedont la première hors compétition a eu lieu à Venise.

Réalisation de

L’essentiel

Lumières, caméra, insatisfaction.

Lieu: Mostra de Venise (hors compétition)
Casting: Denis Podalydès, Jonathan Cohen, Stefan Crepon, Souheila Yacoub, Emmanuelle Bercot
Directeur: Cédric Kahn
Scénaristes : Fanny Burdino, Sweet Samuel, Cédric Kahn

1 heure 59 minutes

Kahn est à la fois acteur (il a joué le connard d’amant gaulois dans Pawel Pawikowski) Guerre froide) et réalisateur talentueux, avec à son actif une série de longs métrages forts parmi lesquels des thrillers percutants comme L’Ennui, Lumieres rouges et La prière. Plus tôt cette année, il a créé la saga historique des tribunaux L’affaire Goldman acclamé par la critique à Cannes. Qu’il suffise de dire qu’il connaît une chose ou deux sur les plateaux de tournage, et cette expérience se voit dans cette comédie dramatique ludique et réaliste sur un tournage qui devient incontrôlable dès le premier jour.

Basculant entre le film en cours de réalisation – une histoire de cols bleus sur des ouvriers qui reprennent une usine après que l’entreprise menace de déménager à l’étranger – et des scènes du tournage par l’auteur d’une cinquantaine d’années, Simon (un Denis Podalydès lugubre), Réalisation de fusionne progressivement et assez intelligemment les deux histoires en une seule : les grévistes du film commencent à imiter l’équipe surmenée et sous-payée de Simon, qui doit finalement décider s’ils resteront par amour pour l’art ou s’ils démissionneront.

Cela se produit tard dans l’histoire, lorsque le producteur volage de Simon l’informe qu’ils n’ont plus d’argent. Le producteur est interprété par l’acteur-réalisateur Xavier Beauvois, et le casting comprend également les comédiens-réalisateurs Emmanuelle Bercot (dans le rôle de la productrice déléguée pragmatique de Simon) et Valérie Donzelli (dans le rôle de la femme de Simon, qui veut divorcer). C’est une sorte de who’s who des talents français d’art et essai, mais ils ont été bien choisis par Kahn.

Une autre intrigue concerne l’histoire d’amour naissante entre le réalisateur en herbe Joseph (le prometteur Stefan Crepon de Le bureau), une figurante que Simon engage pour tourner le documentaire « making of » du film, et l’actrice principale Nadia (Souheila Yacoub), dont les scènes ne cessent de se faire voler par l’insupportable star Alain (un drôle de Jonathan Cohen).

Kahn jongle facilement avec les différentes intrigues et utilise le décor de l’usine comme lieu principal, ce qui ne fait qu’ajouter à la nature claustrophobe d’une production qui finira par piéger Simon et le reste de son équipe. Mais contrairement, par exemple, aux têtes brûlées d’Hollywood dans le film de Robert Altman Le joueur ou un certain nombre de films en coulisses non encore mentionnés, les personnages de Réalisation de (sauf Alain) sont loin d’être cyniques. Ils croient au cinéma et veulent faire un film important sur les conflits de la classe ouvrière.

La question se pose alors : peut-on faire un tel film sans exploiter les gens au passage, et ainsi faire exactement ce que votre film est censé dénoncer ? Dès le début, ce dilemme frappe Simon en plein visage lorsque les principaux financiers de son film se présentent le premier jour du tournage, l’informant qu’ils veulent changer la fin pour une fin plus heureuse, qui existait apparemment dans une version antérieure du scénario. . Simon, un véritable auteur, refuse bien sûr, mais à mesure que la production s’éternise et que de nouveaux problèmes surgissent, il est tenté de céder juste pour sauver son film de la ruine, même si cela pourrait ruiner son film.

Réalisation de pose de nombreuses questions difficiles sans jamais y répondre pleinement – cela ne vaut pas la peine de gâcher la fin, mais disons simplement que certains pourraient considérer cela comme une échappatoire – et Kahn semble avoir fait le film pour poser de telles questions à haute voix. Le patient, s’il est épuisé, Simon est clairement un substitut du réalisateur, et alors qu’il regarde son tournage se dérouler, il jure que ce sera son dernier. C’est comme si Kahn avait tiré Réalisation de comme un exercice d’auto-assistance pour qu’il puisse enfin sortir ces pensées de son système et continuer à tourner des films.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*