Critique de « Les enfants perdus » : un mystère lynchien qui attise les cauchemars de l’enfance


Dans la scène d’ouverture du premier long métrage de Michèle Jacob, un père porte au lit une petite fille endormie et la borde tendrement. Ce n’est qu’au réveil que son cauchemar commence.

La jeune fille se réveille dans une vieille maison près des bois, mais son père a mystérieusement disparu, la laissant apparemment, elle et ses trois frères et sœurs, se débrouiller seuls. Pour le reste de Le Enfants perdus (Les Enfants perdus), présenté en première mondiale au Festival international du film de Karlovy Vary, les enfants vivent le genre de phénomènes bizarres et inexplicables qui ne peuvent être que le produit de jeunes imaginations. Ou sont-ils?

Enfants perdus

L’essentiel

Revivrera vos cauchemars d’enfance.

Lieu: Festival international du film de Karlovy Vary (Compétition Proxima)
Jeter: Iris Mirzabekiantz, Liocha Mirzabekiantz, Louis Litt Magis, Lohen Van Houstte
Réalisateur-scénariste: Michèle Jacob

1 heure 23 minutes

Au début, les enfants ne sont pas terriblement alarmés par leur situation. Ils font le genre de choses que font les enfants, comme jouer à Action ou Vérité et se servir une bouteille d’alcool. « J’aime l’odeur », commente l’un après avoir pris une gorgée. « Parfois, papa sentait comme ça quand il venait nous embrasser bonne nuit », souligne un autre, dans le genre de ligne apparemment jetable qui a clairement des ramifications.

Non pas que le cinéaste belge, également scénariste, ait intérêt à apporter des réponses faciles. Pendant une grande partie de son temps de fonctionnement, Les enfants perdus a l’atmosphère inquiétante d’un film d’horreur à combustion lente. Les enfants repèrent une maison intimidante de l’autre côté du bois. L’un d’eux décolle le papier peint décoloré pour révéler un trou de serrure et trouve un œil qui la regarde de l’autre côté. Une autre voit une image fugace d’un adulte touchant la nuque et découvre plus tard qu’elle a une mauvaise ecchymose là-bas.

Les choses qui se bousculent dans la nuit sont finalement montrées plus explicitement, y compris les yeux d’animaux qui brillent dans le noir et le grognement fort d’une sorte de créature. « Les monstres n’existent pas » devient le mantra des jeunes enfants, mais il est clair qu’ils ne croient pas vraiment ce qu’ils chantent.

Leur terreur devient bientôt plus prononcée. « La forêt ne veut pas qu’on parte et la maison est hantée », annonce l’un d’eux. La fille aînée, Audrey (Iris Mirzabekiantz, démontrant une formidable présence à l’écran), âgée de 10 ans, tente d’explorer les bois, mais rencontre un mystérieux tunnel menant à une fenêtre où elle voit plusieurs personnes dans une pièce s’occuper d’une femme apparemment inconsciente. Pour ajouter encore plus à l’ambiance David Lynch du film, ils portent tous des électrodes sur la tête.

Il s’agit, comme vous l’avez compris maintenant, d’un film elliptique de mystère, avec des informations pertinentes distribuées avec parcimonie. Il devient finalement évident que la mère des enfants était partie, d’une manière ou d’une autre, et que leur père ne voulait plus revenir à la maison. « Ça l’a rendu triste », souligne l’un d’eux.

Pour les téléspectateurs plus à l’aise avec des récits plus clairs, la procédure énigmatique peut s’avérer frustrante. Mais le scénariste-réalisateur orchestre les débats avec une telle finesse visuelle et un tel contrôle tonal qu’ils restent convaincants, et le temps d’exécution concis empêche l’impatience de s’installer. Il y a aussi des touches amusantes tout au long, comme lorsque les enfants trouvent le courage de s’aventurer dans les bois et s’équiper d’armes artisanales en collant des ustensiles de cuisine sur des bâtons. Et il y a un épanouissement visuel près de la conclusion qui est étonnant dans sa simplicité.

Le quatuor d’enfants acteurs – Iris et Liocha Mirzabekiantz, Louis Litt Magis et Lohen Van Houstte – traverse magnifiquement leurs rythmes exigeants, leurs visages très expressifs transmettant la terreur de choses qui peuvent impliquer des scénarios plus réalistes que le boogeyman.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*