Récapitulatif de l’épisode 7 de « Silo » : « Les gardiens de la flamme »


Ah, les plaisirs simples de Silo. C’est une émission que j’ai hâte de regarder et d’écrire chaque semaine, parce que c’est une émission qui, pour paraphraser les Sex Pistols, sait ce qu’elle veut et sait comment l’obtenir. Son objectif est d’explorer un mystère central – qui garde tout le monde à l’intérieur de ce silo et pourquoi – et c’est ce qu’il fait. Sa technique consiste à utiliser les éléments fondamentaux du cinéma à suspense – jeux du chat et de la souris, courses contre la montre, goutte à goutte d’indices – et il le fait avec habileté et panache. Si cela donne l’impression que je le condamne avec de faibles éloges, alors je me trompe, car c’est vraiment une réalisation formidable. Beaucoup, beaucoup, beaucoup d’émissions de science-fiction essaient et échouent à réaliser ce que Silo donne l’impression d’être facile.

SILO Épisode 7 ZOOM LENT SUR JULIETTE

Un épisode relativement court, cadencé à un peu plus de 45 minutes plus le générique, « The Flamekeepers » présente, eh bien, ce qui était probablement évident pour vous au moment où vous avez vu le titre « The Flamekeepers »: la société secrète clandestine des collecteurs de connaissances et mémoire-préserve essayant de sauvegarder les derniers vestiges du passé contre l’orwellianisme envahissant des agents du renseignement qui sont le véritable pouvoir dans le silo. Pas le département du shérif, qui est manifestement et ouvertement inféodé à la justice ; pas le département informatique ou le bureau du maire, qui, nous apprend Bernard, sont également sous le pouce… mais aussi pas vraiment même judiciaire, dont le propre suzerain le juge Meadows est un alcoolique déprimé qui entretient un appartement luxueux plein de reliques sous verre en échange de son silence.

Non, le vrai souverain du Silo apparaît — apparaît – pour être des Sims, complétés par une flotte de caméras espions secrètes cachées derrière des miroirs, un groupe d’agents qui surveillent tout le monde que ces caméras capturent, et un peloton de Raiders vêtu de noir et équipé d’un masque de receveur qui mène un smash de type SWAT et -s’empare contre les non-orthodoxes. Tout le monde se réfère à ce groupe sans nom ; ils sont toujours « Ils » ou « Eux », et oui, vous pouvez entendre la capitalisation. Et en ce moment, ils combattent une insurrection d’un seul: le shérif Juliette Nichols, le dernier des gardiens de la flamme.

SILO Épisode 7 AVEZ-VOUS ENTENDU PARLER DES GARDIENS DE FLAMME ?

Elle a été nommée ainsi par Gloria Hildebrandt, la consultante en fertilité et conspiratrice qui a planté l’idée dans la tête d’Alison Becker qu’elle était empêché d’avoir des enfants par les autorités et leurs médecins complices dans l’unité médicale. Depuis son implication dans la «disparition» des Becker, elle a été emprisonnée et droguée dans l’incohérence sur les ordres de Meadows, ce qui signifie vraiment sur les ordres de Sims, je suppose.

La majeure partie de cet épisode implique la tentative de Juliette de récupérer Gloria sous les yeux attentifs de… à peu près tout le monde, de la faire revivre et de l’interroger pour savoir ce qu’elle sait sur… à peu près tout. (Principalement les meurtres de son petit ami George, du maire Jahns, de l’adjoint Marnes et du crétin judiciaire Trumbull, plus le allégué exécutions d’Alison et Holsten Becker, et quels que soient leurs liens avec les diverses reliques transmises de l’une à l’autre.) Juliette y parvient avec l’aide de son père, un homme désespéré de renouer avec la fille qu’il ne pouvait pas aimer ou parent quand elle était enfant. Ce n’est pas seulement son inspiration émotionnelle ou son savoir-faire médical qui rend cela possible : de manière très réelle, c’est sa complicité passée avec « Eux », puisqu’elle lui a fait prendre conscience que tout le monde est surveillé et l’a ainsi aidé à comprendre les angles morts de leur réseau d’espionnage. , comme la pépinière qu’ils utilisent pour faire revivre et parler à Gloria.

Hélas, l’histoire racontée par Gloria ne fait pas aimer le Dr Nichols à sa fille, malgré le fait qu’il a joué un rôle essentiel pour la faire raconter. Oui, Gloria était une gardienne des flammes, une héritière de la rébellion que tout le Silo considère comme luciférienne limite. (Garde-flammes, Porteur de lumière, même différence.) Il en était de même pour la mère de George, Anne, par qui Gloria a transmis ce livre d’images de connaissances anciennes interdites à George et donc à Holsten et enfin Juliette. Pour moi, la révélation la plus choquante est qu’ils ont littéralement mis quelque chose dans l’eau du silo pour aider effacer les souvenirs des gens du passé après la rébellion, plutôt que de simplement supprimer le passé en détruisant les preuves de son existence. (Merde, c’est vraiment foiré était ma pensée exacte.)

Mais Gloria a plus à dire, en particulier sur le Dr Nichols. De la même manière que l’obstétricien/gynécologue d’Alison a seulement fait semblant de retirer son contrôle des naissances, le Dr Nichols a fait de même avec Gloria. Eux lui a dit que c’était pour protéger le Silo contre les maladies génétiques – mais si tel était le cas, rétorque Juliette avec colère, pourquoi Lui auraient-ils demandé de mentir à ses patients à ce sujet ? Il n’a pas de réponse à cela, car il n’y en a pas une autre que « Si je n’avais pas menti, ils m’auraient tué. »

En fin de compte, l’implication du Docteur n’est pas découverte et Juliette échappe aux pillards des Sims. (Mais pour combien de temps ?!?!?) Elle a maintenant à la fois le livre d’images et le disque dur avec toutes les réponses (on suppose) en sa possession. (Mais pour combien de temps ?!?!?) Ainsi, le mystère peut avancer rapidement.

Mais en cours de route, je suis frappé comme toujours par l’habileté Silo est de transmettre l’émotion et le caractère en quelques gestes rapides. Selon les règles de l’art, l’adjoint Billings – à qui le maire Bernard dit directement que Juliette devrait la remplacer – est rendu sympathique non seulement par la présence de sa charmante épouse et de son bébé, mais aussi par le refus de Juliette d’écouter ses appels à l’aide quand une bagarre dans un bar se transforme en une émeute miniature, une chose véritablement irresponsable à faire de la part de Juliette. (« Je suis désolée », lui dit-elle faiblement ; « Nous avons dépassé ça ! », répond-il avec une colère justifiée.) Bernard est rendu sympathique par sa véritable inquiétude qu’un Meadows fou de pouvoir détournera les serveurs qui gardent tout les systèmes du Silo opérationnels afin de l’arrêter lui et Juliette. Meadows est rendue sympathique par sa misère d’être sous la coupe de Sims, apparemment toute-puissante mais impuissante là où ça compte. Le Dr Nichols est rendu sympathique par son désir douloureux de rattraper Juliette et Gloria, et par le talent de l’acteur Iain Glen, qui, de Jorah Mormont jusqu’à présent, a l’un des sourires les plus tristes de la télévision.

Et Juliette travaille grâce à la performance d’acier de Rebecca Ferguson, un être humain d’une beauté saisissante, Ferguson transforme cette beauté en quelque chose de dur et de froid, convenant à la colère, à la détermination et à l’impuissance fréquente de Juliette à réparer quoi que ce soit. (Vous pouvez voir pourquoi elle a prospéré dans la mécanique, où elle pourrait réparer les choses, c’est pourquoi elle est doublement misérable maintenant qu’elle ne peut plus.) C’est cette dureté – dérivée du traumatisme de son enfance, du meurtre de George et de la révélation ultérieure que George l’utilisait probablement juste pour obtenir plus secrets du passé – que vous voyez quand elle rejette les ouvertures de rapprochement de son père, ou les tentatives de Billings pour qu’elle soit décente avec lui, ou le baiser de fin de soirée du beau stargazer Lukas.

SILO Épisode 7 ZOOM ARRIÈRE LENT

En plus de tout cela, vous obtenez un moment de poésie occasionnel : Gloria marmonnant à propos de « l’eau qu’ils ne veulent pas que nous sachions » (phrase incroyable) ; Juliette se découpant partiellement dans la lumière traversant la fenêtre de la chambre d’enfant où elle et son père attendent que Gloria se réveille ; l’utilisation de fleurs pour bloquer la vue des observateurs du miroir et le visuel de ces fleurs gisant mortes sur la commode après avoir été altérées par des mains invisibles. On pourrait dire, jeu de mots, que Silo fonctionne de haut en bas.

Sean T. Collins (@theseantcollins) écrit sur la télévision pour Pierre roulante, Vautour, Le New York Timeset n’importe où qui l’aura, vraiment. Lui et sa famille vivent à Long Island.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*