Des invasions biologiques aussi coûteuses que les catastrophes naturelles


En envahissant de nouveaux environnements, certaines espèces exotiques ont causé des conséquences désastreuses pour les espèces et les écosystèmes locaux, ainsi que pour les activités humaines – dommages aux infrastructures, aux cultures, aux plantations forestières, aux rendements de la pêche, à la santé et au tourisme. Les zones touchées sont multiples et les dégâts sont coûteux.

Dans une nouvelle étude, une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques de l’Écologie, systématique et évolution (CNRS/Université Paris-Saclay/AgroParisTech) révèle un ordre de grandeur explicite : l’impact économique global de ces invasions biologiques est équivalent à celui des catastrophique. De 1980 à 2019, les pertes financières dues aux espèces exotiques envahissantes se sont élevées à 1208 milliards de dollars (US), contre près de 1914 milliards de dollars de pertes causées par les tempêtes, 1139 milliards de dollars attribués aux tremblements de terre et 1120 milliards de dollars dus aux inondations.

Les scientifiques ont également constaté que les coûts des invasions biologiques augmentaient plus rapidement que ceux des catastrophes naturelles sur une période donnée. Les espèces exotiques envahissantes ont un effet durable et cumulatif : par exemple, la moule zébrée est capable de se fixer sur une grande variété de substrats, faisant des ravages sur tout, des coques de navires aux tuyaux de centrales nucléaires. Sa propagation est particulièrement problématique en Amérique du Nord.

A ce jour, les investissements dans la prévention et la gestion des invasions biologiques sont dix fois inférieurs aux pertes financières qu’elles occasionnent. Pour cette équipe de recherche, ces résultats appellent le déploiement de plans d’action et d’accords internationaux pour limiter l’avancée des espèces exotiques envahissantes, similaires à ceux mis en place dans le cadre de catastrophes naturelles.

Ces résultats ont été obtenus grâce à la base de données InvaCost, qui répertorie actuellement plus de 13 500 coûts dus aux invasions biologiques dans le monde. Les coûts des catastrophes naturelles au niveau mondial ont été compilés à l’aide de la base de données internationale sur les catastrophes et des données de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*