Christina Wolfe et Shalini Peiris


Les voyages dans l’espace ont tendance à faire ressortir le meilleur ou le pire chez les gens, comme le savent très bien Christina Wolfe et Shalini Peiris grâce à leur travail sur Syfy. L’Arche. Wolfe et Peiris décrivent respectivement le psychologue manipulateur Cat Brandice et le médecin en chef de l’Ark One, le Dr Sanjivni Kabir. Drumpe s’est entretenu avec les actrices avant les débuts de la série le 1er février, les interrogeant sur le développement de leurs personnages respectifs au cours de la saison 1.

« L’Arche se déroule 100 ans dans le futur lorsque les missions de colonisation planétaire ont commencé comme une nécessité pour aider à assurer la survie de la race humaine. La première de ces missions sur un vaisseau spatial connu sous le nom d’Ark One rencontre un événement catastrophique causant des destructions massives et des pertes de vie. Avec plus d’un an avant d’atteindre leur planète cible, un manque de fournitures vitales et une perte de leadership, l’équipage restant doit devenir la meilleure version d’eux-mêmes pour garder le cap et survivre.

Tudor Leonte : Shalini, il semble que l’espace combiné à la mort et au désespoir tende à faire ressortir le pire chez n’importe qui. Comment l’espace change-t-il votre caractère ?

Shalini Peiris: Les enjeux ne pourraient pas être plus élevés. Je veux dire, ils ont été enrôlés pour cette mission, mais comme vous le voyez dès le début, cela ne se passe pas comme prévu, alors les enjeux de la survie sont encore plus élevés. Comme vous l’avez dit, cela peut faire ressortir le pire chez les gens, mais cela peut aussi faire ressortir le meilleur. Vous réalisez presque instantanément que si vous ne vous regroupez pas, notre survie dépend de notre solidarité. Vous n’avez pas d’autre choix que d’être votre meilleur absolu.

Et, Christina, qu’en est-il de Cat ?

Christina Wolfe: Oh, c’était tellement intéressant que tu aies répondu à ça, Shalini, parce que je suis d’accord, mais avec Cat, ça prend plus de temps. Au début, elle ne s’engage pas avec les autres. Vous la trouvez dans un état presque enfantin où elle veut en quelque sorte que tout soit fait pour elle et elle se sent autorisée et presque en colère, du genre « Puis-je parler au responsable si les choses ne fonctionnent pas? » Je pense que ce sont les qualités qui devront réellement changer pour assurer la survie de tous, y compris la sienne. Elle s’en rendra compte à sa manière, en son temps, mais ce n’est pas aussi rapide que les autres

Shalini, les fans voient le Dr Sanjivni Kabir au début de la série en tant que médecin en chef de l’Arc. Pouvez-vous s’il vous plaît nous taquiner un peu sur le développement de votre personnage au cours de la saison?

Peiris: Elle est à peu près dépassée dès le début car c’est une médecin exceptionnelle, mais elle fait partie des médecins les plus juniors. Elle se retrouve à devoir prendre les choses en main, sans ses mentors à ses côtés. Vous voyez immédiatement la pression qu’elle subit et vous la voyez très rapidement céder à cette pression. C’est très intéressant de la voir demander de l’aide, mais vous la voyez aussi faire des erreurs en cours de route. Je pense que c’est vraiment excitant de voir un médecin, une telle figure d’autorité en qui vous placeriez une confiance totale, et de voir qu’ils sont très humains et qu’ils ont des moments de réelle faiblesse et qu’ils se sentent complètement dépassés. Je pense que c’est quelque chose que nous pouvons tous comprendre et comprendre.

Christina, au départ, il semble que Cat soit un peu manipulatrice, elle commence comme un personnage avec des lumières et des ombres, disons-le comme ça. Qu’en est-il de son évolution au fil de la saison ?

Wolf: Le développement qui lui arrive dépend beaucoup de la façon dont elle interagit avec les autres. Dans cette communauté où ils n’ont que l’autre, tu commences à couper les ponts et tu réalises aussi en même temps que tu as besoin des autres. Elle en vient à cette réalisation à cause des événements qui se produisent au cours de la série. C’est très intéressant de voir un peu comme, ‘Oh, elle veut que tout tourne autour d’elle, mais en même temps, elle sait que pour survivre, ils doivent travailler ensemble.’ C’est un espace intéressant pour elle d’avoir à naviguer.

Shalini, y a-t-il un moment particulier de la saison 1 que vous avez aimé tourner ?

Peiris: Je pense que l’épisode 4 était particulièrement amusant avec les hallucinations. Je veux dire, je sais que nous sommes dans l’espace, mais c’était encore plus surnaturel. C’était vraiment amusant. Je pense qu’il y a aussi des moments plus loin dans la saison où vous voyez son voyage et où cela la mène. C’était particulièrement difficile pour moi, mais aussi incroyablement gratifiant. C’était juste le meilleur endroit pour aller travailler, honnêtement.

Et Christine, et toi ? Des moments ou des répliques en particulier que vous avez aimé livrer dans l’émission ?

Wolf: J’ai adoré les moments où [Cat] obtient son chemin parce qu’il y en a tellement et c’était tellement drôle d’en profiter pour elle, tu sais? Je ne sais pas si je peux vraiment en parler parce que ce sont peut-être des spoilers, mais… juste la façon dont elle se laisse aller à ses caprices, c’était tellement amusant à jouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*