Uber et Lyft doivent convertir les flottes en véhicules électriques à New York d’ici 2030


Les voitures circulant dans les rues de New York deviendront un peu plus respectueuses de l’environnement au cours de la prochaine décennie après que le maire de la ville a annoncé que les entreprises de covoiturage devaient passer aux véhicules électriques d’ici 2030, consolidant les engagements similaires que Lyft et Uber ont pris pour convertir leurs voitures en véhicules électriques d’ici le même délai.

Le maire Eric Adams a inclus la directive dans son discours sur l’état de la ville jeudi, nommant spécifiquement Uber et Lyft dans sa mission d’exiger que les services de location passent aux véhicules à zéro émission d’ici le début de la prochaine décennie. Cela affectera plus de 100 000 véhicules dans les rues de la ville – et les conducteurs individuels n’auront pas à payer pour cela, a déclaré le maire.

Adams n’a pas expliqué comment les entreprises de covoiturage paieraient la facture pour convertir les véhicules de leurs chauffeurs en véhicules électriques. Lyft est d’accord avec le changement, s’étant engagé il y a trois ans à faire passer sa flotte à des véhicules entièrement électriques d’ici 2030. Dans un blog de 2020, la société a déclaré qu’elle ferait pression pour réduire le coût des véhicules électriques et développer les incitations et les infrastructures.

« Avec des investissements intelligents et ciblés dans les incitations et les infrastructures de recharge, nous aiderons à éliminer les obstacles qui empêchent les conducteurs de passer à l’électrique et à construire un New York plus propre et plus durable dans le processus », a déclaré le directeur du développement durable de Lyft, Paul Augustine a déclaré dans un communiqué envoyé par e-mail à CNET.

Uber de même promis il y a trois ans convertir sa flotte en véhicules électriques d’ici 2030, en s’engageant à dépenser 800 millions de dollars pour aider les conducteurs à passer aux véhicules électriques. À l’époque, GM offrait un rabais de 8 500 $ aux conducteurs Uber qui achetaient une nouvelle Chevrolet Bolt EV. Uber n’a pas commenté la nouvelle exigence d’Adams au moment de la publication.

L’exigence de covoiturage s’accompagne d’un engagement à électrifier le parc de véhicules de la ville, ainsi qu’à ajouter plus de bornes de recharge dans les cinq arrondissements de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*