Envoyer des chars en Ukraine est une « provocation flagrante »


L’Allemagne a confirmé mercredi qu’elle envoyait des chars de combat pour aider l’Ukraine dans la guerre – ce que la Russie a qualifié de « plan désastreux » qui, selon elle, faisait partie d’une « provocation flagrante » plus large menée par les États-Unis.

Le chancelier Olaf Scholz a annoncé que son gouvernement fournirait à l’Ukraine une compagnie de chars Leopard 2 A6, qui comprend 14 véhicules, à partir de ses propres stocks.

Scholz a déclaré que l’Allemagne « agissait en étroite coordination » avec ses alliés – principalement les États-Unis – dans le but de fournir deux bataillons, soit 88 chars.

Des responsables américains ont déclaré qu’un accord préliminaire avait été conclu pour envoyer des chars M1 Abrams, tandis que la Pologne, la Finlande, la France et le Royaume-Uni devraient également envoyer des véhicules militaires comparables.

Il est considéré comme un tournant majeur dans le soutien occidental car il s’agit de la première fourniture d’armes à vocation principalement offensive plutôt que défensive.


L’approvisionnement en chars, comme celui-ci US M1A1 Abrams, serait le premier approvisionnement de l’Ouest en armes offensives plutôt que défensives.
Reuters

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a rejeté mercredi les intentions allemandes et américaines avec les chars comme « un plan plutôt désastreux ».

« Je suis convaincu que de nombreux spécialistes comprennent l’absurdité de cette idée », a déclaré Peskov aux journalistes mercredi.

« Ces chars vont brûler comme tous les autres. … Sauf qu’ils coûtent très cher et que cela retombera sur les épaules des contribuables européens », a-t-il ajouté.

Anatoly Antonov, ambassadeur de Russie à Washington, a déclaré que les livraisons de chars de combat américains seraient une « autre provocation flagrante ».


Char Leopard allemand en opération.
La Russie a déchiré l’approvisionnement en chars occidentaux comme une « provocation flagrante ».
alliance photo via Getty Image

« Il est évident que Washington essaie délibérément de nous infliger une défaite stratégique », a déclaré Antonov sur la chaîne de messagerie Telegram de l’ambassade.

Les propagandistes russes de la télévision d’État ont réagi avec encore plus de colère, qualifiant le moment d’utiliser des armes nucléaires.

« Ne pas utiliser d’armes nucléaires est une tendance dangereuse », a déclaré Vladimir Solovyov, un hôte proche du belliciste président russe Vladimir Poutine.


L'expert du Kremlin, Vladimir Soloviev, sera diffusé mercredi.
L’expert du Kremlin, Vladimir Soloviev, faisait partie de ceux qui appelaient à l’utilisation d’armes nucléaires.
Nouvelles de Rossiya 1/east2west

« Nous avons une supériorité dans les armes nucléaires tactiques. Pourquoi les avoir si nous ne pouvons pas les utiliser ? » a-t-il ajouté mercredi, selon un clip traduit par Russian Media Monitor.

Il a attribué à la menace des armes nucléaires le ralentissement de l’approvisionnement en chars de l’Occident, qu’il a qualifié d' »ukro-nazis » et de « saletés nazis » se mêlant d’une « guerre sainte ».

« Nous sommes en guerre avec l’ensemble du bloc de l’OTAN, contre 50 pays sataniques », a-t-il déclaré, suggérant que chaque pays envoyant des chars devrait être « considéré comme une cible militaire légitime ».

« Ils ne craignent rien », a-t-il déclaré, affirmant que la seule réponse devait être « l’escalade ».

L’allié de Poutine, Dmitri Medvedev, fait partie de ceux qui ont également appelé ouvertement au déchaînement des armes nucléaires.

Les responsables occidentaux qui soutiennent l’envoi des chars ont rejeté les menaces de Moscou comme des fanfaronnades, arguant que la Russie mène déjà une guerre à plein régime en Ukraine et a été dissuadée d’attaquer l’OTAN ou d’utiliser des armes nucléaires.

Les responsables militaires allemands, quant à eux, ont noté la douloureuse signification historique pour l’Allemagne, compte tenu des horreurs de la Seconde Guerre mondiale.

« Les chars de fabrication allemande affronteront à nouveau les chars russes en Ukraine », a déclaré Ekkehard Brose, chef de l’Académie fédérale de politique de sécurité de l’armée allemande.

Ce n’était « pas une pensée facile » pour l’Allemagne – « et pourtant c’est la bonne décision », a déclaré Brose, affirmant qu’il appartenait aux démocraties occidentales d’aider l’Ukraine à arrêter la campagne militaire de la Russie.

De récents sondages d’opinion ont montré que les électeurs allemands étaient divisés sur cette idée, et deux partis d’opposition ont critiqué cette décision.

Le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne a qualifié la décision d' »irresponsable et dangereuse », affirmant que « l’Allemagne risque d’être directement entraînée dans la guerre ».

Le parti de gauche a également mis en garde contre une possible escalade du conflit.

« La fourniture de chars de combat Leopard, qui met fin à un autre tabou, nous rapproche potentiellement d’une troisième guerre mondiale plutôt que de la paix en Europe », a déclaré le chef parlementaire du parti, Dietmar Bartsch, à l’agence de presse allemande dpa.

Mark Hertling, un ancien commandant des forces terrestres américaines en Europe, a estimé que les Léopards pourraient être sur le champ de bataille en Ukraine dès le mois de mars. Les chars américains, qui ont besoin de plus de soutien logistique, pourraient être à plus de huit mois.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, quant à lui, a clairement indiqué mardi soir qu’il espérait recevoir un nombre plus important de chars des alliés occidentaux.

« Il ne s’agit pas de cinq, ou 10, ou 15 chars. Le besoin est plus grand », a-t-il dit.

Avec fils de poste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*