L’exploration de l’homme contre la nature par la princesse Mononoké résiste à l’épreuve du temps


Réalisateur visionnaire et co-fondateur du Studio Ghibli Hayao Miyazaki a dit un jour dans une interview vidéo traduite : « Si vous ne passez pas de temps à regarder de vraies personnes, vous ne pouvez pas le faire, car vous ne l’avez jamais vu. » Cette maxime fait allusion à une raison fondamentale pour laquelle les films de l’artiste né à Tokyo ne peuvent être regroupés et classés comme étant équivalents à d’autres films d’animation de la même période. Malgré leurs éléments surnaturels, les œuvres de Miyazaki se distinguent parce qu’elles se sentent profondément ancrées dans la réalité. Les personnages qui peuplent ses films ont l’impression de pouvoir exister en dehors d’eux, cheminent parmi nous comme des individus à part entière avec des habitudes et des désirs, des vertus et des défauts. Ces personnages nous guident à travers des histoires qui reflètent notre propre monde, dessinant des allégories et des parallèles incontournables. Cette réflexion est teintée d’une esthétique onirique et d’éléments fantastiques, qui renforcent pourtant l’universalité des traits du réalisateur.

VIDÉO Drumpe DU JOUR

1997 de Miyazaki Princesse Mononoke partage cet attrait universel en raison de l’intemporalité de ses thèmes centraux. Lors de la présentation du film au Festival international du film de Toronto, l’animateur emblématique a déclaré : « Avec Princesse Mononoke, j’ai intentionnellement jeté toutes les règles de la réalisation de films de divertissement, c’est pourquoi il faudra du temps pour qu’une véritable évaluation de ce film émerge. Grâce à la vision cinématographique non conventionnelle de Miyazaki, ses œuvres ont une étincelle durable qui peut encore éblouir le public des décennies plus tard. Mais plus que ravir le public avec son caractère unique, Princesse Mononoke détient un message puissant qui non seulement résiste à l’épreuve du temps, mais acquiert également une pertinence supplémentaire au fil des années.


La princesse Mononoké incarne la philosophie de Miyazaki sur l’humanité et la nature

Image via Studio Ghibli

S’ils sont réduits à leurs fondamentaux, les films de Miyazaki contiennent tous une essence très humaine qui transcende toutes les barrières culturelles ou sociales. Dans Princesse Mononoke, le monde humain a bouleversé le monde naturel au point que ce dernier est contraint de riposter. Depuis l’aube de l’homme, notre espèce a cherché des moyens d’avancer et d’évoluer, souvent au détriment des autres espèces, de l’environnement et même de nous-mêmes. Ce long métrage de 133 minutes comprend l’universalité du bras de fer sans fin entre la cupidité et le désir impétueux de progrès de l’humanité et le besoin désespéré de conservation de la nature. Miyazaki démontre une compréhension profonde de la marche inexorable de l’humanité vers le progrès qui habituellement ne tient pas compte, ou ne se soucie pas de rendre compte, de ceux qui sont piétinés dans son sillage. Cependant, il s’éloigne de la réalité pour illustrer ce qui se passerait si la Nature prenait les armes et décidait de riposter. Les victimes habituellement sans voix de notre ambition aveugle reçoivent une voix, une qui sonne plus fort que toute autre précisément parce qu’elle est souvent silencieuse.

EN RELATION: Sur « Spirited Away » de Hayao Miyazaki et les angoisses de grandir

La façon dont Miyazaki a décidé de donner une voix au côté de la nature dans le conflit ne lui est pas apparue dans le vide. Les influences vécues et les sources d’inspiration du réalisateur servent de base à ses projets. Par exemple, Princesse MononokeL’environnement forestier de est basé sur l’île de Yakushima, au sud du Japon. Par la suite, ce décor s’est animé et s’est doté d’une dynamique fictionnelle sous l’influence du concept de shintoïsme. Religion prédominante au Japon, Shinto signifie « voie des dieux » et considère le monde comme regorgeant d’entités surnaturelles appelées nous. Bien qu’il soit souvent traduit par « dieu » en anglais, les kami ne sont pas nécessairement de nature omnipotente, omnisciente, immortelle ou même humanoïde. Dans Princesse Mononoke, les kami sont les forces personnifiées de la nature, comme Moro (Akihiro Miwa) et Okkoto (Hisaya Morishige), qui se dressent contre les humains et leurs modes d’exploitation.

Bien que Miyazaki décourage d’attribuer une interprétation religieuse à ses films, il est clair qu’il s’est inspiré de la religion la plus prolifique du Japon. Le conteur magistral a tissé des aspects du shintoïsme dans son film, que nous pouvons également clairement observer dans son prochain succès à succès. Enlevée comme par enchantement, créant une configuration texturée sans en être limité. Miyazaki ne croit pas aux dogmes et le shintoïsme n’impose aux croyants aucun code impératif. « Ma propre religion, si vous pouvez l’appeler ainsi, n’a pas de pratique, pas de Bible, pas de saints, seulement un désir de garder certains endroits et moi-même aussi purs et saints que possible », a expliqué Miyazaki dans une interview. « Ce genre de spiritualité est très important pour moi. Évidemment, c’est une valeur essentielle qui ne peut que se manifester dans mes films. Bien qu’il nie avoir fait du shintoïsme ou de toute autre religion le fondement de ses films, il est clair qu’il a exercé une influence sur la création d’images et de personnages comme le dieu cerf, tout en étant interconnecté avec le message de respect de la « pureté ». d’endroits comme la forêt où San (Yuriko Ishida), Moro et sa progéniture vivent.

Miyazaki permet au public de prendre des décisions au lieu de les nourrir à la cuillère

Image via Studio Ghibli

Cette manifestation de ses influences culturelles joue un rôle plus important que la seule valeur esthétique. Les éléments dérivés du shinto sont utilisés de manière réfléchie pour explorer les deux côtés de l’argument au centre de l’histoire. Le kami anthropomorphique et toutes les autres caractéristiques fictives du film de Miyazaki n’aliènent pas les téléspectateurs, mais font plutôt avancer ses thèmes principaux. Le conflit au cœur de Princesse Mononoke n’est pas dépeint comme un simple affrontement entre les forces du bien et du mal. Si c’était le cas, si cela suivait une structure plus conventionnelle, cela aurait beaucoup moins d’impact et de réflexion. C’est grâce à la compréhension globale de la nature humaine de Miyazaki et à sa capacité à voir d’autres nuances au-delà du noir et blanc que ses œuvres sont dotées de subtilités et de nuances.

CONNEXES: 9 films comme « Howl’s Moving Castle » pour plus d’aventures fantastiques

Il aurait été plus facile de faire de San le héros et de Lady Eboshi (Yuko Tanaka) le méchant mais au lieu de cela, le réalisateur les a fait à la fois bons et mauvais dans une égale mesure, ou plutôt, il relègue complètement les concepts de «bon» et de «mauvais» au domaine de la subjectivité. San et Lady Eboshi cherchent à protéger les leurs et à détruire «l’autre» antagoniste, tous deux consumés par le ressentiment ou l’ambition, créant ainsi une représentation réaliste de ce qui est souvent la nature du conflit: pas une lutte entre le bien et le mal mais des intérêts opposés s’affrontant les uns contre les autres.

Entre les côtés opposés de San et Lady Eboshi se trouve Ashitaka (Yoji Matsuda), le dernier prince Emishi. Ashitaka sert de médiateur, celui qui n’a pas de chien dans le combat, qui est capable de voir comment les deux parties menacent de se détruire. C’est Ashitaka qui leur ouvre les yeux sur la vérité à laquelle ils ont été aveugles, que rien de bon ne peut jamais provenir de la haine. Lorsqu’il empêche les deux femmes de se battre à mort au milieu d’Iron Town, il utilise son bras maudit comme exemple de ce que la haine fait aux gens : elle s’envenime et finit par les manger vivants.

Princesse Mononoke ne se soucie pas de prendre parti mais révèle l’humanité de chacun, aussi imparfaite soit-elle. La perspective du film est principalement la perspective d’Ashitaka, c’est-à-dire qu’il adopte une vision non partisane qui laisse aux téléspectateurs le soin de discerner la morale de l’histoire sans la nourrir à la cuillère. Miyazaki n’oblige pas le public à choisir un camp et lui montre plutôt le besoin urgent d’équilibre dans le monde, d’harmonie entre l’homme et la nature. Sans harmonie, les deux parties souffrent et personne ne gagne vraiment. Même si Lady Eboshi pense qu’elle est sortie victorieuse en tirant sur la tête du dieu cerf, son acte violent ne sert qu’à condamner tous ceux qui habitent la forêt : humains, flore et faune. Le point culminant du film fait comprendre que les humains ne doivent pas adultérer, voler ou usurper de force ce qui ne leur appartient pas vraiment.

La princesse Mononoké personnifie la nature comme un avertissement aux téléspectateurs

San et Lady Eboshi se battent dans Princess Mononoke
Image via Studio Ghibli

Princesse Mononoke permet à la nature d’avoir une voix, une volonté collective qui se révolte contre Iron Town et sa destruction de la forêt. Malgré ses éléments de fiction, le conflit au cœur de l’histoire lui confère un attrait universel. 25 ans après sa sortie originale, Princesse Mononoke n’a pas perdu sa pertinence thématique, au contraire, il a gagné de plus en plus de dimension au fil du temps. Depuis la sortie du film, les forces de la modernisation et de la cupidité humaine n’ont pas diminué. L’environnement est toujours poussé à l’extrême. Les répercussions du changement climatique, de la pollution et de la déforestation se font encore sentir aujourd’hui et n’ont pas tendance à s’améliorer. Princesse Mononoke non seulement conserve mais élargit également sa pertinence thématique parce que l’humanité s’est rapprochée de l’abîme et ne s’en est pas éloignée. Le besoin d’harmonie et de paix sur Terre n’a fait que croître avec le temps. Ainsi, le message du film transcende toutes les barrières temporelles et nous parvient encore plus fort qu’à l’époque.

Le monde est en constante évolution, Miyazaki le sait, mais il est également conscient qu’il existe des caractéristiques des humains et de leur lien les uns avec les autres et avec l’environnement qui sont trop intrinsèques pour être abandonnées. Sa nature observatrice lui permet d’ancrer ses thèmes dans la réalité, peu importe à quel point ses œuvres sont fictives et imaginaires. Miyazaki n’est pas un optimiste, mais il trouve toujours des moyens d’inspirer les générations futures en raison de la cohérence thématique durable de ses films.

Princesse MononokeLa fin de représente une sorte de renaissance, le réalisateur offre une lueur d’espoir, une flamme brûlante au milieu d’une tempête de neige qui incite à continuer d’avancer. Au lieu de choisir de haïr, nous devrions tous nous efforcer d’avoir le courage et l’âme empathique d’Ashitaka. Pour sauver le monde de la destruction, la poursuite aveugle des humains d’un progrès continu doit être abandonnée et remplacée par des actions de restauration, de connexion et d’harmonisation. Que ce soit en 1997 ou en 2022, ce message et ces thèmes sont tout aussi pertinents aujourd’hui qu’ils l’étaient alors, rendant Princesse Mononoke comme un exemple immortel d’une exploration remarquable de la relation discordante entre l’humanité et la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*