Facebook condamné à une amende de 277 millions de dollars en Europe pour une enquête sur le grattage des données


Le régulateur irlandais de la confidentialité des données a infligé lundi une amende de 277 millions de dollars au géant des médias sociaux Facebook, portant le total des amendes infligées au groupe mère Meta à environ 1,04 milliard de dollars.

La sanction résultait d’une enquête ouverte l’année dernière sur la découverte d’un ensemble de données personnelles rassemblées qui avaient été extraites de Facebook entre mai 2018 et septembre 2019 et mises à disposition en ligne.

Facebook a également été sommé de prendre une série de mesures correctives.

Meta a déclaré qu’il avait pleinement coopéré à l’enquête du commissaire irlandais à la protection des données et apporté des modifications à ses systèmes pendant la période en question, notamment en supprimant la possibilité de supprimer ses fonctionnalités de cette manière en utilisant des numéros de téléphone.

L’amende de lundi est la quatrième que le DPC inflige à l’une des sociétés de Meta. Il s’agit du principal régulateur de confidentialité de Meta au sein de l’Union européenne et a 13 autres enquêtes sur le groupe de médias sociaux.

En septembre, le chien de garde a infligé à sa filiale Instagram une amende record de 420 millions de dollars, contre laquelle Meta prévoit de faire appel. Meta a ajouté dans sa déclaration lundi qu’il réexaminait la décision relative à la dernière amende.

Le DPC réglemente Apple, Google, Twitter, Tiktok et d’autres géants de la technologie en raison de l’emplacement de leur siège européen en Irlande. Il a actuellement 40 enquêtes ouvertes sur ces entreprises.

Le régulateur a le pouvoir d’imposer des amendes pouvant aller jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires mondial d’une entreprise en vertu du régime de « guichet unique » du règlement général sur la protection des données de l’UE introduit en 2018.

Le DPC a déclaré que les facteurs atténuants de la décision de lundi – qui avaient été approuvées par tous les autres régulateurs européens concernés – incluaient les mesures prises par Facebook.

« Nous continuerons jusqu’à ce que le comportement change », a déclaré lundi la commissaire irlandaise à la protection des données, Helen Dixon, à la chaîne de télévision nationale irlandaise RTE.

Les actions Meta ont baissé de près de 2% lundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*