Décision sur les services de pousse-pousse basés sur des applications d’ici le 25 novembre


La Cour suprême de Karnataka a été informé lundi par le gouvernement de l’État qu’une décision concernant les services d’appel de pousse-pousse en ligne basés sur des applications sera prise d’ici le 25 novembre. Le gouvernement a déclaré que les requêtes des fournisseurs de services avaient été examinées et qu’une décision était en attente.

La département des transports avait récemment ordonné l’arrêt des services d’appel automatique car il n’était pas couvert par les règles de l’agrégateur de technologies de transport à la demande du Karnataka en 2016.

Les licences délivrées ne concernaient que les services de taxi, selon le département. Les prestataires de services avaient approché la Haute Cour qui leur avait permis de poursuivre les services jusqu’à ce que le gouvernement prenne une décision concernant les licences à délivrer après avoir parlé à toutes les parties prenantes.

Lire aussi

Ola Electric entrera sur les marchés mondiaux en commençant par le Népal
Le rival d'Uber Beat se retire d'Amérique latine pour se concentrer sur ses opérations européennes

Le banc du juge CM Poonacha entend l’affaire. Le gouvernement a également demandé au tribunal de ne pas émettre d’ordonnance concernant la hausse des tarifs demandée par les fournisseurs de services tant que la décision n’a pas été prise par les autorités.

Le taux sera décidé d’ici le 25 novembre, a indiqué le tribunal. La CH a ajourné l’audience au 28 novembre après avoir enregistré les observations.

ANI Technologies Private Limited et Uber India Systems Private Limited avait contesté devant le tribunal la décision du département des transports d’arrêter les services de pousse-pousse.

Le 6 octobre, les autorités, après une réunion, ont rendu une ordonnance déclarant que les services de pousse-pousse et de taxi disponibles dans les applications en ligne violaient les règles et la licence de KODTTA. Il a été jugé que le service de «taxi» n’était réservé qu’aux voitures et non aux autorickshaws.

Le gouvernement avait affirmé devant le tribunal que les agrégateurs basés sur des applications facturaient plus que les tarifs fixés par les autorités en prélevant une surtaxe.

Ils n’avaient pas obtenu de licence pour regrouper des autorickshaws et, par conséquent, leurs services ont été arrêtés.

FacebookTwitterLinkedin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*