L’équipe Trump ne confirmera pas la liste d’inventaire du raid de Mar-a-Lago


L’ancien président Donald Trump n’a pas à confirmer si la liste du FBI des documents classifiés et autres objets saisis lors du raid de Mar-a-Lago le mois dernier est correcte avant que lui et son équipe juridique n’examinent le butin, a déclaré jeudi un juge fédéral de Floride.

Le maître spécial Raymond Dearie avait demandé à l’équipe du 45e président de déposer une déclaration ou un affidavit sur la validité de l’inventaire après que Trump ait affirmé que des agents avaient peut-être caché certains des documents retirés de son complexe de Palm Beach lors de l’opération du 8 août.

Mais la juge de district américaine Aileen Cannon était d’accord avec les avocats de l’ancien président, qui ont fait valoir que la demande de Dearie dépassait les limites de l’ordonnance de Cannon qui demandait au gouvernement une liste d’inventaire certifiée.

« L’ordonnance de nomination du tribunal n’envisageait pas [Trump’s] obligation », a écrit Cannon dans sa décision de six pages, ajoutant que« les parties et le maître spécial sont maintenant en mesure de poursuivre le processus de révision ».

L’ancien président américain Donald Trump, photographié en 2018. Les avocats de Trump ont repoussé la demande d’un maître spécial.
AFP via Getty Images

Dearie, nommé par Cannon à la demande de Trump, avait demandé au DOJ de publier une liste d’inventaire détaillée et de certifier qu’elle était complète et exacte lundi dernier.

Le gouvernement s’est conformé à une liste mise à jour qui est à peu près la même que son inventaire initial montrant que plus de 100 documents portant la mention « CONFIDENTIEL », « SECRET ou « TOP SECRET » ont été retirés de Mar-a-Lago.

Les enquêteurs ont déclaré qu’ils avaient demandé l’autorisation de perquisitionner le domicile de Trump, soupçonnant qu’il aurait pu conserver de manière inappropriée des documents gouvernementaux depuis son départ de la Maison Blanche en 2021. qu’il avait déclassifié les dossiers qu’il détenait.

Si les avocats de Trump avaient affirmé l’exactitude de l’inventaire, ils auraient contredit les affirmations de leur propre client et auraient également reconnu la présence de documents classifiés dans la maison.

Mar-à-Lago.
La station balnéaire de Trump à Mar-a-Lago, où des agents du FBI ont fait une descente et saisi une mine de documents prétendument sensibles.
Getty Images

Un président en exercice a un large pouvoir pour déclassifier les dossiers, mais l’équipe juridique de Trump n’a pas produit de preuve qu’il a donné l’ordre pendant son mandat de changer le statut de l’un des dossiers saisis. Même si les dossiers étaient « tous déclassifiés » comme l’a affirmé Trump, l’ancien président pourrait toujours faire face à des accusations de détention abusive de documents gouvernementaux après avoir quitté ses fonctions, ont déclaré des experts.

Dans le cadre du calendrier établi par le maître spécial, l’équipe de Trump devait noter dans sa certification s’il y avait des articles sur la liste d’inventaire du gouvernement qui n’avaient pas été saisis lors du raid. Les avocats devaient également énumérer dans la certification tous les documents qui avaient été saisis mais non répertoriés par le gouvernement.

« Cette soumission sera la dernière occasion pour le demandeur de soulever tout différend factuel quant à l’exhaustivité et à l’exactitude de l’inventaire détaillé des propriétés », a écrit Dearie le 23 septembre. Les deux parties auraient alors la possibilité de répondre à tout différend factuel.

Le maître spécial a initialement donné à l’équipe de Trump jusqu’à vendredi pour soumettre ses réclamations, mais a ensuite repoussé la date limite au 7 octobre. Dans sa commande de jeudi, Cannon a donné à Trump et au DOJ jusqu’au 5 octobre pour trouver un fournisseur d’examen de documents pour numériser documents.

Cannon a également fixé au 13 octobre la date limite pour que le gouvernement mette tous les dossiers à la disposition de Dearie et de l’équipe Trump, à l’exception de ceux faisant l’objet de revendications de confidentialité avocat-client.

Le juge de Floride a également donné à Dearie jusqu’au 16 décembre pour terminer son examen des documents pour l’avocat-client, le privilège exécutif et d’autres protections.

Le ministère de la Justice, pour sa part, a suggéré plus tôt cette semaine que l’équipe Trump ne devrait pas pouvoir éviter d’énoncer sa position sur le dossier ou de suivre les directives de Dearie.

« Le Special Master doit savoir qu’il examine tous les documents saisis à Mara-Lago le 8 août 2022 – et aucun matériel supplémentaire – avant de catégoriser les documents saisis et de statuer sur les demandes de privilège », a déclaré le département.

Le dépôt de mardi s’est terminé par un rappel pointu à Trump et à ses avocats: «Le demandeur a intenté cette procédure civile et équitable. C’est à lui qu’incombe la charge de la preuve. »

Avec fils de poste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*