Luis Herrera, adolescent avec un pistolet jouet, abattu par la police de Los Angeles : vidéo


Des images graphiques de la caméra du corps de la police viennent d’être publiées montrant un officier de Los Angeles tirant mortellement sur un adolescent brandissant une arme-jouet.

Luis Herrera, 19 ans, a été abattu le 17 septembre après avoir appelé à plusieurs reprises le 911 pour amener la police au domicile de sa famille, affirmant que son père était ivre et battait sa mère et lui.

Vers 13 h 20, deux agents de la division sud-est du LAPD ont répondu à l’appel de violence domestique au domicile de Herrera dans le bloc 400 de West 102nd Street.

Lorsqu’ils se sont approchés de la résidence, Herrera, tout de noir vêtu, a émergé de la porte d’entrée en tenant « ce qui semblait être un fusil noir », a déclaré le département de police de Los Angeles dans un communiqué de presse.

Dans la vidéo de la caméra corporelle récemment publiée, on entend un officier crier à Herrera : « Hé ! Hé! Hé! Pose ça! »

Le LAPD a reçu deux appels au 911 de Luis Herrera, 19 ans, affirmant que son père était ivre et battait sa mère.
LAPD
Deux officiers ont répondu dans l'après-midi du 17 septembre au domicile de Herrera, où ils ont été accueillis par le jeune de 17 ans tenant un fusil noir.
Deux officiers ont répondu dans l’après-midi du 17 septembre au domicile de Herrera, où ils ont été accueillis par le jeune de 17 ans tenant un fusil noir.
LAPD
Une vidéo publiée par le LAPD montre Herrera pointant l'arme sur les bureaux.
Une vidéo publiée par le LAPD montre Herrera pointant l’arme sur les bureaux.
LAPD

Mais Herrera refuse de se conformer aux ordres de l’officier de laisser tomber le fusil, incitant les flics à prendre position au coin de la rue.

« Herrera a épaulé le fusil et l’a pointé sur les officiers, ce qui a entraîné un (tir impliquant un officier) », indique le communiqué.

Herrera a été frappé par un barrage de coups de feu et est tombé, mais a continué à tenir le fusil tout en se tordant sur le sol dans la cour avant pendant que ses parents regardaient depuis la maison.

Herrera a refusé de laisser tomber l'arme, ce qui a poussé un officier à tirer plusieurs coups de feu sur lui.
Herrera a refusé de laisser tomber l’arme, ce qui a poussé un officier à tirer plusieurs coups de feu sur lui.
LAPD
Le père de Herrera est sorti de la maison, disant à la police que le fusil de Luis était un jouet.
Le père de Herrera est sorti de la maison, disant à la police que le fusil de Luis était un jouet.
LAPD

Un officier a ordonné à plusieurs reprises à l’adolescent de lâcher l’arme alors que la mère de Herrera criait d’angoisse hors caméra: « C’est mon fils! »

À un moment donné, le père de Herrera a tenté d’approcher son fils et a dit aux flics que l’arme entre ses mains était un jouet, mais ils ont crié à l’homme plus âgé de rentrer dans la maison.

Herrera a été menotté alors qu’il saignait abondamment et a ensuite été déclaré mort sur les lieux.

Il a depuis été déterminé que le fusil entre les mains de Herrera était un pistolet airsoft réaliste. La police a également trouvé une arme de poing jouet conçue pour ressembler à un pistolet Glock sur les lieux.

Les agents ont ordonné à l'homme plus âgé de rentrer dans la maison alors que son fils était mourant.
Les agents ont ordonné à l’homme plus âgé de rentrer dans la maison alors que son fils était mourant.
LAPD
Le fusil s'est avéré plus tard être un pistolet airsoft d'aspect réaliste.  Herrera avait également en sa possession une arme de poing jouet, à droite.
Le fusil s’est avéré plus tard être un pistolet airsoft d’aspect réaliste. Herrera avait également en sa possession une arme de poing jouet, à droite.
LAPD

Une enquête ultérieure a révélé qu’il n’y avait aucune preuve de violence domestique entre les parents de Herrera, contrairement à ce que le jeune de 19 ans avait dit lors des appels au 911.

L’officier qui a tiré les coups de feu qui ont tué Herrera a été identifié comme étant Luis Navarrete. Il a été mis en congé administratif.

La division d’enquête de la force du LAPD enquête maintenant sur la fusillade mortelle.

À la fin de l’enquête, celle-ci sera examinée par le chef de la police, le Conseil des commissaires de police et le Bureau de l’inspecteur général pour déterminer si le recours à la force meurtrière était justifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*