Nasscom et Google ont créé un centre d’appels pour aider les femmes entrepreneurs rurales à développer leur activité


New Delhi, 13 juil. (PTI) Fondation Nasscom de même que Google a mis en place un centre d’appels en collaboration avec un organisme à but non lucratif ISAP pour aider les agricultrices à développer leur entreprise. Le projet est exécuté sur une base pilote pour atteindre initialement 20 000 femmes entrepreneurs rurales dans six États — Himachal Pradesh, Uttarakhand, Uttar PradeshBihar, Haryana et Rajasthan, PDG de la Fondation Nasscom Nidhi Bhasin a déclaré lors du lancement de « DigiVaani Centre d’appel ».

« DigiVaani sera un endroit où les femmes entrepreneurs rurales pourront appeler et obtenir des informations sur les différents programmes disponibles pour elles, ce qui peut les aider à développer leur entreprise, qu’il s’agisse d’un programme gouvernemental ou de toute autre information pouvant leur être utile. Le centre d’appels contactera également de manière proactive les femmes entrepreneurs rurales dont les données sont mises à leur disposition », a déclaré Bhasin.

Elle a déclaré que le projet avait été financé par Google et que la décision de développer DigiVaani serait prise après un an.

« Nous travaillons avec des partenaires et les informons de notre service pour atteindre les femmes entrepreneurs rurales », a déclaré Bhasin.

Un centre d’appels DigiVaani a été mis en place dans les bureaux de Delhi et de Lucknow du Société indienne des professionnels de l’agro-industrie (ISAP) avec un effectif combiné de 19 personnes.

« Google.org est une branche philanthropique de Google qui a accordé une subvention de 500 000 USD à la Fondation Nasscom pour promouvoir l’entrepreneuriat féminin. Nous avons réalisé qu’avec la baisse des taux de participation au travail des femmes, le prochain pas doit être l’entrepreneuriat féminin », Google India & Asie du Sud-Est Vice-président, Marketing, Sapna Chadha a déclaré.

Elle a dit que Google a fait une étude avec Bain Capitalqui a montré que les entreprises féminines peuvent fournir plus d’un quart de la main-d’œuvre nécessaire pour les 30 à 40 prochaines années.

« Il est temps maintenant que nous posions les bases de la même chose », a déclaré Chadha.

FacebookTwitterLinkedin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*