Sophia Bush et Jason Isaacs ne peuvent pas sauver le drame médical obsolète de CBS


Il n’y a rien que vous n’ayez jamais vu des dizaines de fois auparavant dans « Good Sam », un nouveau drame médical présenté en première le mercredi 5 janvier à 22 h sur CBS.

Cela ne veut pas dire que cela ne vaut pas la peine de goûter, mais préparez-vous au même vieux-même vieux : romance savonneuse, personnel hospitalier prévisible et patients atteints de maladies rares dont la vie est sauvée à la dernière minute grâce à des déductions médicales de type Sherlock Holmes. Vous avez déjà tout vu dans « Grey’s Anatomy », « The Resident », « The Good Doctor », « Chicago Med » et al.

Le conflit inhérent à l’hôpital Lakeshore Sentinel se situe entre le brillant, arrogant et arrogant chirurgien cardiaque Dr Robert « Griff » Griffith (Jason Isaacs) – le chef de chirurgie qui conduit une Mustang vintage – et sa fille, le Dr Sam Griffith (Sophia Bush), qui est intelligent mais n’a pas les années d’expérience de Griff. Elle est aussi sa principale résidente et ils s’affrontent à plusieurs reprises ; c’est son chemin ou l’autoroute. (Il se réfère sournoisement aux résidents de Sam – l’arrogant, l’insécurité, le sérieux, etc. – comme « un cercle de tambours. ») Oh, et la mère de Sam et l’ex-femme de Griff, Vivian (Wendy Crewson), arrive juste être le médecin-chef de l’hôpital. D’autres drames familiaux vous attendent, et nous découvrirons comment la cicatrice visible de la chirurgie cardiaque de Sam joue dans la relation père/fille fracturée.

Jason Isaacs et Sophia Bush dans le rôle du Dr Rob Griffith et du Dr Sam Griffith Ils sont dans une chambre d'hôpital et regardent un patient.  La neige peut être vue à travers la fenêtre derrière eux.
Jason Isaacs et Sophia Bush dans le rôle du Dr Rob « Griff » Griffith et de sa fille, le Dr Sam Griffith, dans « Good Sam ».
SCS

« Tout change », pour citer ces vieilles promos « Grey’s Anatomy » quand, dans le premier épisode de la série, Griff est abattu à l’hôpital par un fou alors que Sam envisage de partir pour un travail à la Cleveland Clinic. Il tombe dans le coma et – réduit à six mois plus tard – se réveille avec ses facultés remarquablement intactes mais son orgueil/ego bosselé. Sam l’a maintenant remplacé en tant que chef de chirurgie de Lakeshore Sentinel et il a été rétrogradé à l’un de ses subordonnés alors qu’elle surveille ses progrès avant qu’il ne soit légalement autorisé à opérer un autre patient.

Ce sont des trucs à l’emporte-pièce (ou est-ce que c’est un coup de scalpel ?), ce qui est bien, si c’est ce que vous recherchez dans un drame médical aux heures de grande écoute. Il y a plusieurs intrigues secondaires, y compris la relation croissante de Sam avec Malcolm Kingsley (Edwin Hodge), le fils du principal donateur de Lakeshore Sentinel qui — surprise ! — est transféré à l’hôpital en tant que directeur financier. Elle est aussi toujours sorte de sortir avec un de ses résidents, le Dr Caleb Tucker (Michael Stahl-David), qui cache un secret, et elle est irritée d’apprendre que son meilleur ami, le Dr Lex Trulie (Skye P. Marshall), se roulait dans les draps avec Griff (pré-coma). Alors il y a ça.

Photo du casting montrant Davi Santos, Omar Maskati et Skye P. Marshall dans le rôle des Drs.  Joey Costa, Isan Shah et Lex Trulie.  Ils parlent à Sam, dont on ne voit pas le visage.
De gauche à droite : Davi Santos en tant que Dr Joey Costa, Omar Maskati en tant que Dr Isan Shah et Skye P. Marshall en tant que Dr Lex Trulie ont un mot avec Sam.
SCS

J’ai regardé les deux épisodes de « Good Sam » que CBS a mis à disposition pour examen, et le second, « Natural Order », est conforme à la première de la série, donc peu de changements car la tension entre Griff et Sam augmente, un bébé est sauvé par une opération qui ressemble à de la science-fiction (mais ne l’est apparemment pas) et nous en apprenons un peu plus sur l’histoire de la dynamique de Griff et Sam. Le casting atteint ses objectifs et fait de son mieux, mais je ne vois tout simplement pas « Good Sam » comme un gardien dans un genre déjà surpeuplé.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*