« J’ai aimé jouer sur le… »


Roger Federer est revenu à la Hopman Cup en 2017, représentant la Suisse aux côtés de Belinda Bencic et remportant deux titres en 2018 et 2019. L’année dernière a marqué la dernière édition de la célèbre compétition par équipes, et Federer ne s’est pas senti très tôt comme la Coupe ATP.

de 2020, sautant l’événement inaugural ATP et se dirigeant vers Melbourne sans matchs sur ses jambes. Le Suisse a affronté Steve Johnson lors de sa première rencontre au 21e Open d’Australie, et les attentes à son égard étaient relativement faibles avant le premier affrontement de la saison.

Contrairement à ses principaux rivaux Novak Djokovic, Rafael Nadal, Stefanos Tsitsipas et Daniil Medvedev, Roger a pris un chemin différent et est resté chez lui à Dubaï. Se battant pour le septième titre de l’Open d’Australie et 16 ans après le premier, Roger a admis qu’il était dans une situation difficile avant d’affronter l’adversaire qui a remporté un titre Challenger juste avant Melbourne.

Pourtant, les Suisses espéraient prendre le meilleur départ et entrer dans le rythme de la victoire devant des adversaires plus redoutables en prenant un match à la fois. Federer a battu Johnson 6-3, 6-2, 6-2 en 81 minutes pour un départ parfait malgré ses inquiétudes.

Plaçant 80% du premier service, Roger a tiré dix as et n’a perdu que 12 points au service, évitant une opportunité de pause en solo et augmentant la pression sur l’Américain qui ne pouvait pas y faire face. Federer a ajouté 30 gagnants et 13 fautes directes, gardant tout sous contrôle avec le service et le coup droit et mélangeant très bien son jeu.

Federer se remet actuellement de sa blessure au genou

Dans une récente interview avec une chaîne d’information italienne, Roger Federer a souligné qu’il lui manquait de jouer au tennis sur les courts en dur traditionnels qui étaient beaucoup plus lents. Il a mentionné que l’US Open ainsi que les finales de l’ATP offraient des courts en dur assez rapides cette année.

« J’ai également entendu dire que l’US Open était rapide, j’entends que les finales du Tour sont rapides, donc je rate quelque chose », a déclaré Federer dans l’interview. Dans la même interview, Federer a révélé que les nouveaux courts rapides font tous partie du sport et s’avéreront finalement bons pour lui.

« Tout va bien, cela fait partie du jeu, j’ai eu une belle carrière jusqu’à présent et j’ai beaucoup appris sur les courts lents. J’ai aussi aimé jouer sur les courts rapides. Mais, c’est aussi sur l’argile que j’ai grandi, donc pas de problème.

Mais ça aurait été bien d’être à Turin au lieu d’être en Suisse en ce moment, c’est sûr », a ajouté le 20 fois champion du Grand Chelem.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*