Samuel Kalu vs Moses Simon: le choc des larges nigérians incompris à Bordeaux


Vous auriez du mal à trouver des Nigérians faisant la queue pour assister à la rencontre de Ligue 1 dimanche entre Bordeaux et Nantes, malgré la présence potentielle de Samuel Kalu et Moses Simon.

Les deux joueurs ont peut-être représenté les Super Eagles 56 fois au total, la star nantaise approchant d’un demi-siècle d’apparitions, mais aucun n’a conquis les fidèles ouest-africains.

La nature erratique de Simon en possession bat souvent toute l’industrie et l’intention, alors qu’il y a un sentiment persistant que Kalu ne peut vraiment pas être invoqué en raison de problèmes de santé, de blessures intermittentes, d’absences inexpliquées et d’un manque d’application.

Pour l’attaquant large plus expérimenté, les performances disparates pour le club et le pays sont encore inimaginables.

Lorsque Simon joue pour les Canaries d’Antoine Kombouaré, il y a un joueur différent, un faiseur de différence et la principale source de créativité de l’équipe. Dans les couleurs du Nigeria, cependant, le produit final du joueur de 26 ans exaspère les fans et les neutres.

Même si l’ex-Gantois a façonné la plus grande chance des géants africains lors de la défaite 1-0 contre la République centrafricaine vendredi dernier, presque rien d’autre qu’il n’a tenté n’a réussi. Ses livraisons de coups de pied arrêtés étaient soit sous ou sur-touchées, la plupart du temps ne parvenant pas au-delà de l’homme au premier poteau ou à la dérive au-delà de quiconque dans les rares occasions où il a dégagé le premier homme.

Juxtaposez cela avec la vie en Ligue 1 où il porte actuellement le fardeau créatif des Canaris à partir de jeux ouverts ou de coups de pied arrêtés, et des questions émergent sur la nature contrastée de son produit final pour le club et le pays.

Les cinq chances de Simon ont été qualifiées de grandes chances en neuf apparitions en 2021/22 – seuls Kylian Mbappe et Andy Delort ont créé plus haut.

Avec 2,7 passes clés par match à ce stade de la saison, le Nigérian se classe plus haut que tous les joueurs de la division à l’exception de Dimitri Payet de l’Olympique de Marseille et son volume de passes clés au total (24) surpasse tout sauf Benjamin Bourigeaud du Stade rennais.

Pour un joueur qui a connu un début de saison presque houleux avec Nantes, l’incapacité de Moses Simon à reproduire ces performances sous Gernot Rohr a parfois été hors de portée.

En effet, Kombouaré comptera sur l’attaquant en forme pour décrocher l’atout dimanche lorsque Les Canaries visite Bordeaux, cherchant à terminer une longue course sans résultat positif au Matmut Atlantique.

Les Girondins ont dominé les débats dans cette rencontre au cours des sept dernières années, restant invaincus à cette époque. Avec cinq victoires et deux nuls lors de leurs déplacements à Bordeaux ces dernières années, il n’est pas surprenant que le patron nantais ait appelé son équipe à se montrer courageuse lors du derby de l’Atlantique dimanche.

« Nous devrons être forts ; nous devons aussi être capables de faire tout ce qu’il faut pour leur causer des problèmes », a déclaré Kombouaré vendredi. « Nous devons être vigilants à l’arrière, mais nous devons être courageux offensivement. Je ne veux pas voir une répétition de Reims (ils ont perdu 3-1), dans laquelle nous avons été timides, surtout en attaque.

« Des garçons comme Ludo (Blas), Randal (Kolo Muani), Moses (Simon) peuvent porter cette équipe. »

Simon a probablement été la référence du club dans le dernier tiers en 2021/22, comme en témoignent les chiffres bruts et les statistiques sous-jacentes.

Les 4,64 actions de création de tirs du joueur de 26 ans le placent au neuvième rang de la Ligue 1 et les 0,88 actions de création de buts le placent au cinquième rang de l’élite française. Aucun autre joueur nantais ne figure dans le top 20 des SCA ou GCA moyens, soulignant davantage son importance pour l’équipe dans le jeu ouvert et dans les situations de ballon mort.

Dimanche, le très critiqué Simon affronte son compatriote qui n’est pas loin non plus de la censure. Le développement de Kalu a stagné au cours des 18 à 24 derniers mois en raison d’un temps de jeu incohérent, mais il reste une menace en possession de son port de balle et de sa tendance à forcer le problème.

Malgré son peu de minutes au cours des premières semaines, le Bordelais se classe toujours sixième pour les passes dans le dernier tiers et a complété les passes dans la surface de réparation de 18 verges, alors qu’il occupe le septième rang pour les passes progressives par 90.

Alors que Simon est une facette importante de l’attaque nantaise, Kalu a jusqu’à présent été une composante périphérique sous Vladimir Petkovic qui a pris les commandes après un Euro 2020 réussi avec la Suisse cet été.

Les deux hommes joueront probablement des rôles différents dimanche soir alors que leurs équipes cherchent à obtenir des résultats positifs dans le derby de l’Atlantique.

Indépendamment de leurs performances, cependant, vous sentez que cela ne ferait pas bouger les choses avec les Nigérians, dont les opinions sur Simon et Kalu semblent être gravées dans le marbre.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*