Les hôpitaux du Colorado refusent les greffes d’organes aux non vaccinés


Un système hospitalier du Colorado dit qu’il refuse les greffes d’organes aux patients qui n’ont pas été vaccinés contre COVID-19 « dans presque toutes les situations » en vertu d’une nouvelle politique.

UCHealth, qui gère des hôpitaux et des établissements de soins d’urgence dans tout l’État, a confirmé au Post mercredi que les receveurs de greffes d’organes et les donneurs vivants doivent désormais être vaccinés contre le COVID-19 avant de subir des procédures.

Le système de santé a déclaré que la force motrice derrière le changement de politique était des études montrant que les patients transplantés sont plus susceptibles de mourir s’ils contractent COVID-19. Le taux de mortalité des patients transplantés qui reçoivent COVID est supérieur à 20%, selon UCHealth.

« C’est pourquoi il est essentiel que le receveur et le donneur vivant soient vaccinés et prennent d’autres précautions avant de subir une greffe », a déclaré UCHealth dans un communiqué.

« Les chirurgies peuvent être reportées jusqu’à ce que les patients prennent toutes les précautions nécessaires afin de leur donner les meilleures chances d’obtenir des résultats positifs. »

Il n’était pas immédiatement clair quand la nouvelle politique a été mise en place ou quelles situations ne justifiaient pas un vaccin COVID.

UCHealth a confirmé le changement de politique après le représentant de l’État républicain du Colorado, Tim Geitner, mardi tweeté une lettre que Leilani Lutali, femme de Colorado Springs, a reçu le mois dernier, affirmant que son statut de liste d’attente pour sa greffe de rein avait été changé en «inactif» parce qu’elle n’avait pas été vaccinée.

Leilani Lutali.
Leilani Lutali dit que son statut de liste d’attente pour sa greffe de rein a été changé en « inactif » parce qu’elle n’avait pas été vaccinée contre COVID-19.
Facebook

Dans une interview avec CBS Denver, Lutali a déclaré que son donateur Jaimee Fougner – qu’elle a rencontré lors d’une étude biblique il y a 10 mois – n’avait pas non plus été vacciné.

Lutali, qui souffre d’une insuffisance rénale de stade 5, a déclaré qu’elle avait été informée de la nouvelle politique dans une lettre du 28 septembre après avoir été initialement informée en août qu’elle n’avait pas besoin de vaccin pour obtenir son nouveau rein.

Elle a dit qu’elle ne voulait pas se faire vacciner parce qu’il y avait trop d’inconnues.

« J’ai dit que je signerai une décharge médicale. Je dois de toute façon signer une renonciation pour la greffe elle-même, les libérant de tout ce qui pourrait mal tourner », a déclaré Lutali.

« C’est de la chirurgie, c’est invasif. Je signe une renonciation pour ma vie. Je ne sais pas pourquoi je ne peux pas signer de renonciation pour le vaccin COVID. »

Fougner, qui a déclaré qu’elle n’avait pas reçu le vaccin pour des raisons religieuses, a ajouté : « C’est votre choix sur le traitement que vous avez. Dans le cas de Leilani, le choix lui a été retiré. Sa vie est maintenant prise en otage à cause de ce mandat.

Le couple recherche maintenant un autre hôpital pour effectuer la greffe.

UCHealth a doublé sa nouvelle politique, affirmant que d’autres centres de transplantation à travers le pays ont déjà des mandats de vaccin COVID en place et que d’autres l’introduisent maintenant.

Vaccin.
D’autres centres de transplantation à travers le pays ont déjà mis en place des mandats de vaccination contre la COVID-19 et d’autres commencent à l’introduire.
Chuck Bigger/Alay Live News

« Une greffe d’organe est une chirurgie unique qui conduit à une gestion spécialisée à vie pour s’assurer qu’un organe n’est pas rejeté, ce qui peut entraîner de graves complications, la nécessité d’une greffe ultérieure, voire la mort », a déclaré UCHealth dans un communiqué.

« Les médecins doivent tenir compte des risques à court et à long terme pour la santé des patients lorsqu’ils envisagent de recommander une greffe d’organe. »

UCHealth a déclaré qu’il existe des exigences spécifiques avant que les greffes n’aient lieu. Dans certains cas, les patients doivent avoir d’autres vaccins, tels que l’hépatite B, ou peuvent être tenus d’éviter l’alcool, de fumer ou de prouver qu’ils peuvent continuer à prendre des médicaments anti-rejet.

« Ces exigences augmentent la probabilité qu’une greffe réussisse et que le patient évite le rejet », indique le communiqué.

« Dans presque toutes les situations, les receveurs de greffe et les donneurs vivants à UCHealth doivent désormais être vaccinés contre COVID-19 en plus de répondre à d’autres exigences de santé et de recevoir des vaccins supplémentaires. »

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*