Michael Carter commence à récompenser la foi des Jets


En grandissant, Michael Carter des Jets n’avait pas le choix. Il devait faire rater le premier homme – sinon.

« J’ai grandi avec tout un tas de running backs. On se moquait de vous si vous étiez taclé par la première personne », a rappelé mercredi le porteur de ballon recrue avec un sourire.

Tout le monde dans la famille jouait à courir et regardait des films des grands du jeu, qui ne se sont jamais déroulés facilement. Son père, Tony, était un porteur de ballon dans l’État de Caroline du Sud, tout comme ses deux frères, Dwayne et Josh.

C’était la seule position que Carter connaissait. Il a joué avec la sécurité au lycée, mais après avoir été battu à fond à la fin d’un match et s’être fait crier dessus pour son manque d’exécution, cette expérience était terminée. Tout était offensant à partir de là.

Cela l’a mené assez loin.

Dimanche dernier, Carter a commencé à montrer le potentiel que les Jets ont vu lorsqu’ils l’ont sélectionné au quatrième tour, hors de Caroline du Nord. Il a produit 88 verges au total sur 13 touches, se précipitant 11 fois pour 59 verges et captant deux passes pour 29 verges dans une défaite contre les Patriots. Une bonne partie de ces verges sont survenues après le premier contact, alors que Carter de 5 pieds 8 pouces et 201 livres a rebondi sur des tacles ou traîné des défenseurs. Il ne tomberait pas facilement.

Michael Carter exécute le ballon lors de la défaite 25-6 des Jets lors de la deuxième semaine contre les Patriots.
PA

« Il a montré d’une manière ou d’une autre que les gars tombent de lui », a déclaré l’entraîneur-chef Robert Saleh.

Lors de sa conférence de presse mercredi, Carter a souvent souri et ri. Ce n’était pas unique. Cela fait partie de sa personnalité. Plus tôt dans la journée, Saleh a parlé en termes élogieux de l’attitude de Carter, de l’énergie et de l’enthousiasme qu’il apporte à la pratique. Il vit un rêve.

« C’est mon travail. Je n’ai pas besoin de m’habiller et de porter une chemise à col tous les jours », a déclaré Carter, faisant référence à un travail de 9 à 5. « Rien de mal avec les chemises à col, cependant. Je pense qu’ils sont géniaux. »

Carter fait partie d’un backfield offensif bondé, un groupe composé de vétérans, tels que Ty Johnson et Tevin Coleman, et de jeunes joueurs, tels que lui-même et La’Mical Perine.

Carter a abordé la saison comme il l’a fait en Caroline du Nord, lorsqu’il a partagé des courses avec l’actuel porteur de ballon des Broncos et ami proche Javonte Williams, qu’il affrontera dimanche.

« Il s’agit simplement d’aller travailler tous les jours et de se concentrer sur soi-même, car lorsque vous commencez à vous concentrer sur les autres, vous vous perdez », a déclaré Carter. « Je suis juste inquiet de ce qui se passe et de la façon dont je peux aider l’équipe. »

Il a déjà beaucoup appris sur la NFL, depuis le début du camp d’entraînement jusqu’à maintenant. Le talent ne va pas plus loin. La préparation est indispensable. Regarder un film supplémentaire est une nécessité. Chaque détail est important. Cette cour supplémentaire, a-t-il dit, peut être très percutante.

Il a joué de cette façon contre les Patriots. Il a été productif tôt et a joué 33 snaps, à égalité avec Johnson pour la tête de l’équipe, après n’avoir obtenu que 16 snaps et cinq touches la semaine précédente.

Saleh s’est extasié sur la performance de Carter, la qualifiant d’électrique, s’émerveillant de sa capacité à se débarrasser des plaqueurs. Carter n’était pas sur le point de s’incliner, cependant. C’était un match, une défaite horrible, et rien de ce qu’il ressentait devait être célébré.

« Je pense que j’ai laissé beaucoup de choses là-bas », a déclaré Carter. « La différence entre être bon et grand est si petite. Cela ne veut rien dire si vous ne pouvez pas le refaire.

« J’ai une chance », a-t-il ajouté, « d’avoir un impact à chaque match. »

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*