Les démocrates devraient garder leurs pattes sales hors de l’épargne-retraite des Américains


Les démocrates de Capitol Hill prouvent leurs couleurs socialistes : ils auraient envisagé de piller les « comptes d’épargne-retraite surdimensionnés » des riches pour payer leur fiasco de dépenses progressives de 3 500 milliards de dollars.

Mardi, Politico a rapporté que les démocrates du Congrès sont « consternés par le fait que des centaines d’Américains ont des IRA d’une valeur de plus de 25 millions de dollars, et près de 30 000 ont des comptes avec des soldes dépassant les 5 millions de dollars ». (Le culot d’entre eux, non ?)

D’un autre côté, observent-ils, certaines personnes « ont peu ou pas d’épargne-retraite » – aussi sûrement la faute de ceux qui travaillent dur et économisent leur argent au cours de leur vie.

Pendant ce temps, les démocrates cherchent désespérément à trouver un moyen de payer pour tous ces avantages de l’agenda de gauche – frais de scolarité gratuits, programmes de lutte contre le changement climatique, pré-K universel – qu’ils visent à mettre dans leurs dépenses de 3,5 billions de dollars par palooza. . Le président du comité des finances, le sénateur Ron Wyden (D-Ore.) promet de trouver un moyen, même si cela prend tout l’été. Et quel meilleur moyen que de puiser dans les économies des riches « maléfiques », ceux qui ont été de sages intendants de leur argent, c’est-à-dire ?

S’il te plaît. Comment cela serait-il, même à distance, juste pour les personnes qui ont travaillé dur toute leur vie et économisé en s’attendant à ce que leur argent soit, eh bien. . . leur argent? Et qu’il sera là pour eux quand ils prendront leur retraite ?

Imaginez que vous atteigniez l’âge de la retraite et que vous appreniez soudain que l’Oncle Sam va vous tirer l’herbe sous le pied et écumer votre pécule. Ce serait du vol pur et simple. C’est pourtant ce que pense la gauche, poussée par des socialistes démocrates radicaux comme la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, ces jours-ci.

Avouons-le : les démocrates ne seront jamais satisfaits tant que tout le monde n’est pas également pauvre, la fin du jeu de tout système socialiste. Pourtant, comme l’a fait remarquer l’ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher, de tels régimes « finissent par manquer de l’argent des autres ».

Le candidat démocrate à la mairie de New York Eric Adams avait raison : l’Amérique « n’est pas un pays socialiste. . . [but] un pays qui croit qu’il faut donner aux gens les possibilités [so] ils pourront réussir et exceller.

Et c’est en grande partie grâce aux riches – qui paient déjà la part du lion des impôts – que les Américains ont la plupart des opportunités dont ils disposent. Le pillage de leurs fonds de retraite va trop loin.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*