Google et News Corp signent un accord de partenariat pour les actualités


News Corp a conclu un accord de presse mondial avec Google d’Alphabet Inc, a déclaré mercredi la société de médias contrôlée par Rupert Murdoch, dans le cadre de l’un des accords les plus importants du genre avec les grandes technologies.

Les entreprises développeront une plate-forme d’abonnement, partageront les revenus publicitaires via les services de technologie publicitaire de Google, développeront le journalisme audio et développeront le journalisme vidéo sur YouTube. L’accord intervient après des années de querelles publiques entre Murdoch et Google, plus récemment en Australie, où Google a menacé de fermer son moteur de recherche pour éviter des lois sur le contenu «irréalisables».

C’est une pierre angulaire pour le magnat des médias de 89 ans, son fils Lachlan et le PDG de News Corp, Robert Thomson, qui cherchent à obtenir une compensation pour le contenu premium des plateformes. Murdoch avait précédemment sécurisé les paiements d’Apple Inc et Facebook Inc pour leurs produits Apple News et Facebook News.

La société a refusé de commenter les détails financiers de l’accord, qui, selon elle, impliquait des « paiements importants » de la part de Google.


En Australie, les deux plus grands diffuseurs de télévision gratuits du pays ont conclu des accords avec Google d’une valeur collective de 60 millions de dollars australiens (47 millions de dollars) par an, selon les médias.

Les accords australiens interviennent quelques jours avant que le gouvernement envisage d’adopter des lois qui lui permettraient de nommer un arbitre pour fixer les frais de contenu de Google s’il ne peut pas conclure un accord en privé, un facteur que le gouvernement et les médias ont présenté comme un tournant pour les négociations qui ont bloqué un an plus tôt.

News Corp détient les deux tiers des principaux journaux urbains d’Australie.

Microsoft Corp, un grand bénéficiaire de la sortie de Google du marché australien, a publiquement approuvé le projet de loi australien et a récemment exhorté le gouvernement américain à le copier.

L’accord de la société avec Google intervient également après que le géant de la technologie a accepté de payer 76 millions de dollars sur trois ans à un groupe de 121 éditeurs de presse français pour mettre fin à une dispute de plus d’un an sur le droit d’auteur, selon des documents vus par Reuters.

Google a également décidé de conclure des accords avec les principaux éditeurs au Royaume-Uni, en Allemagne, au Brésil et en Argentine.

« Le fait que Google n’ait été amené à la table que des coups de pied et des cris en raison d’importants rapports antitrust et des principaux décideurs politiques en Europe et en Australie défendant l’importance d’une presse forte et indépendante pour la société ne fait que souligner l’importance de la nouvelle loi du Parlement et des marchés comme les États-Unis se réveiller avec leurs méfaits pour la démocratie », a déclaré Jason Kint, directeur général de l’association professionnelle de l’industrie des médias Digital Content Next.

L’impact de l’accord de News Corp avec Google sur l’environnement de publication d’informations reste une grande question.

Aux États-Unis, où les plus petits éditeurs en particulier ont perdu des revenus publicitaires au profit des plateformes, le groupe de médias d’information News Media Alliance envisage de réintroduire au Congrès un projet de loi qui permettrait aux éditeurs de négocier collectivement avec Facebook et Google sans enfreindre les lois antitrust.

«Les grands éditeurs nationaux ont déjà une certaine influence», a déclaré David Chavern, président et chef de la direction de News Media Alliance, la plus grande organisation commerciale de l’industrie de l’information.

Mais « Comment un petit éditeur peut-il obtenir un accord? Vraiment seulement s’il y a une action ou un système collectif – sinon il vous reste des plates-formes pour choisir les gagnants et les perdants. »

En janvier, l’agence de presse Reuters, une division de Thomson Reuters Corp, a conclu un accord avec Google pour devenir le premier fournisseur mondial de nouvelles pour Google’s News Showcase.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*