Trump tweete les tracts des vandales soupçonnés du monument Andrew Jackson


Le président Trump s’est nommé Monuments Man – se chargeant de faire circuler personnellement des images de suspects accusés d’avoir vandalisé une statue d’Andrew Jackson dans la capitale nationale plus tôt cette semaine.

Trump a tweeté 15 tracts du département de police du parc américain demandant l’aide du public pour identifier les personnes accusées d’avoir endommagé la statue juste à l’extérieur de la Maison Blanche lundi soir.

Des manifestants ont peint à la bombe un «tueur» sur la base du monument et ont tenté, mais sans succès, d’abattre la statue.

La statue a été ciblée pour le plaidoyer et le rôle de Jackson dans le déplacement violent des Amérindiens.

La statue est parmi plusieurs aux États-Unis et dans le monde qui ont été endommagées ou renversées lors des troubles civils liés au meurtre de George Floyd par la police.

Trump, qui n’a fait aucun commentaire sur les bulletins, a défendu le monument lundi soir, le qualifiant de « magnifique ».

« De nombreuses personnes arrêtées à Washington pour le vandalisme honteux, à Lafayette Park, de la magnifique statue d’Andrew Jackson, en plus de la dégradation extérieure de l’église St. John’s de l’autre côté de la rue », a-t-il tweeté à l’époque.

Le président a publié les dépliants un jour après avoir signé un décret exécutif visant à réprimer les manifestants.

L’ordonnance prévoit des peines d’emprisonnement sévères et menace de «refuser le soutien fédéral aux autorités nationales et locales chargées de l’application des lois qui n’ont pas protégé les monuments publics, les monuments commémoratifs et les statues contre la destruction ou le vandalisme».

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*