Thyssenkrupp et Fincantieri en pourparlers pour former le champion des navires de guerre: Source


Thyssenkrupp explore plusieurs options stratégiques pour son unité de navire de guerre, allant de la combiner avec l’Italien Fincantieri à la création d’un champion national avec des pairs allemands, a déclaré une personne proche du dossier.

Les pourparlers visent à créer des économies d’échelle pour la division, Thyssenkrupp Marine Systems (TKMS), qui construit des sous-marins et des navires de surface et opère dans un secteur très fragmenté déterminé par des décisions politiques, a indiqué la source.

Dans le cadre des délibérations, le conglomérat de pièces acier-pour-voiture est en pourparlers avec le constructeur naval Fincantieri au sujet d’une coentreprise à 50-50 pour créer un champion européen avec des ventes combinées de 3,4 milliards d’euros (3,7 milliards de dollars), a déclaré la personne.

Dans ce scénario, Fincantieri, qui construit également des bateaux de croisière et appartient majoritairement au gouvernement italien, devrait reprendre ses activités de défense, qui, selon la source, ont représenté 1,6 milliard d’euros de ventes l’an dernier.

Thyssenkrupp a refusé de commenter.

Fincantieri a refusé de commenter les pourparlers concrets. Un porte-parole a ajouté: « La consolidation de l’industrie européenne de la défense reste souhaitable et la coopération de longue date avec l’industrie navale allemande pour la construction de sous-marins représente une opportunité concrète de parler de futurs scénarios de consolidation ».

Thyssenkrupp envisage également de fusionner TKMS avec ses plus petits rivaux allemands, Luerssen et German Naval Yards (GNYK), afin de créer une centrale électrique nationale dans le but de conserver les technologies de défense essentielles dans le pays et de sauvegarder des emplois, a déclaré la source.

Une option envisagée comprend l’achat par Luerssen d’une participation d’un peu plus de 50% dans GNYK dans un premier temps, Thyssenkrupp pouvant éventuellement être impliqué ultérieurement, ont déclaré deux personnes proches du dossier.

« C’est un scénario en discussion », a déclaré l’une des personnes.

GNYK a refusé de commenter. Un porte-parole de Luerssen a réitéré ses commentaires précédents selon lesquels la consolidation avait un sens et était une condition pour renforcer la compétitivité internationale.

Thyssenkrupp pourrait également décider de conserver la division, qui a généré 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires et 1 million de résultat opérationnel ajusté au cours du dernier exercice, et de la développer par elle-même, a précisé la source.

Thyssenkrupp a déclaré à la fin de l’année dernière qu’il prévoyait d’investir 250 millions d’euros chez TKMS d’ici 2023, encouragé par une bonne prise de commandes et ajoutant qu’il embaucherait 500 nouveaux employés d’ici la fin de cette année.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*