Le vol de British Airways à destination de Milan retardé à cause d’un passager «effrayé par le coronavirus»


Un vol de British Airways à destination de Milan a été retardé quelques instants avant le départ lundi matin – lorsqu’un passager qui avait «peur du coronavirus» a soudainement refusé de voler, selon des informations.

L’Airbus A319 devait décoller de l’aéroport de Londres Heathrow, mais s’est retiré de sa porte lorsque le voyageur a changé d’avis, a rapporté The Mirror. L’avion est retourné au terminal, où la personne a débarqué.

« Comme pour tous nos clients, nous respecterons toujours leurs souhaits s’ils changent d’avis à propos de voler à la dernière minute », a déclaré une porte-parole de British Airways à la succursale. « Le vol est parti en quelques minutes de son heure de départ prévue. »

Personne à bord ne montrait les symptômes du virus qui a dévasté la Chine continentale et rendu malade de nombreuses autres parties du monde.

Une seule personne est descendue de l’avion, selon des reportages, mais la journaliste de NBC News Molly Hunter, qui était sur le vol, a tweeté que trois personnes à bord avaient exprimé des craintes de coronavirus.

« A #Heathrow, notre vol BA #Milan est retardé – le commandant de bord vient d’annoncer qu’il y a des passagers (j’en compte 3) à bord qui ne veulent pas voyager à cause du #coronavirus », Hunter a écrit. « Déjà repoussé … maintenant, refixation. »

Le ministère britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth n’a pas émis d’avertissement contre la visite de Milan ou d’autres villes italiennes, selon The Independent.

Mais l’Italie a signalé plus de 220 personnes qui ont été testées positives pour le coronavirus et cinq qui sont décédées.

Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont publié lundi un avertissement de voyage de niveau un pour l’Italie, avertissant les gens de «prendre les précautions habituelles».

Le pays a effectivement bouclé une douzaine de villes du nord dans les régions de Lombardie et de Vénétie, deux points chauds de l’épidémie. Il est interdit à environ 50 000 personnes de quitter les villes pendant deux semaines sans autorisation.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*