Ici, j’ai appris à être un homme


Le Français Jo-Wilfried Tsonga a commencé ses journées d’entraînement au CREPS Poitiers lorsqu’il était junior et maintenant, la salle où il a commencé sa formation, porte son nom. Tsonga a commencé son parcours de tennis de haut niveau en 1999 et 2000 au CREPS Poitiers et la salle porte désormais son nom ainsi que celui de Marguerite Broquelis, première championne olympique de France en 1912 et de Pierre Boyard, ancien entraîneur national de tennis.

Selon Lanouvellerepublique, Tsonga dit: « C’est une vraie fierté. Je n’aurais pas pensé que c’était possible il y a quelques années, quand j’étais au CREPS et que je n’étais qu’un jeune garçon comme tous ceux qui sont passés ici. Quand nous sommes arrivés à Poitiers, nous avions 13 ans et nous rêvions tous de circuits professionnels, de vie aussi parce que nous voulions le mener au mieux en vivant hors du commun.

Je suis ravi de pouvoir représenter tous ces jeunes qui passent par ces centres, ont une belle carrière et de belles choses pour leur pays. Ils sont synonymes d’espoir pour les autres. Lorsque vous êtes un joueur, vous êtes très concentré sur vous-même et lorsque vous n’êtes pas si loin de la ligne d’arrivée, vous commencez à réaliser qu’il y a eu beaucoup de choses qui nous ont permis de vivre tout cela.

Nous voulons évidemment être reconnaissants. « Parlant de son attachement au site du CREPS, Tsonga dit: » Il y a beaucoup de nostalgie car ce furent des années merveilleuses. J’avais l’impression que c’était la ville, alors que nous étions au milieu de la forêt.

Pour moi, il s’agissait de nouvelles choses où tout était grand avec d’immenses salles de tennis, une infrastructure idéale à développer. Je venais d’un petit club de la Sarthe, le JS Coulaines, et je suis venu dans ce centre pour m’améliorer. Nous nous sommes coupés de nos amis, de nos familles, mais nous avons trouvé ici un environnement parfait où nous nous sommes fait de nouveaux amis et où le sport véhicule de bonnes valeurs.

J’ai vécu de grandes expériences et des moments fabuleux ici. « En parlant de ses plus grands apprentissages sur le site du CREPS, Tsonga dit: » Ici, j’ai appris à être un homme. Bien sûr, mes parents m’ont inculqué les bases, mais j’ai continué à les développer ici avec mes coachs où le moindre retard était sanctionné, le moindre petit mot aussi mal.

Nous avions des protocoles d’échauffement à suivre, des règles, le respect de nos entraîneurs et partenaires d’entraînement. Ce que je veux retenir de cet endroit, c’est qu’il m’a appris à être un homme, à respecter mon environnement et à me donner pleinement dans ce que je fais. « 

Sur sa blessure au dos, Tsonga dit qu’il espère être de retour bientôt sur le circuit. « Je suis un peu blessé, j’attends de voir comment ça va évoluer. En début de saison, je n’avais pas d’objectif précis car je sortais d’une année où j’ai essayé de revenir au plus haut niveau après un longue blessure.

Je suis un peu déçu de ne pas pouvoir commencer comme je le souhaite, mais j’ai de l’espoir et j’espère que cela reviendra bientôt.  »



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*